Culture

Lyon veut attraper «la Fuite»

C'est ce week-end que l'on saura si le musée des Beaux-Arts de Lyon réussit à se porter acquéreur de La Fuite en Egypte (1657) de Nicolas Poussin, après deux ans de négociation. Estimé entre 10 et 15 millions d'euros, son achat nécessite un type de f...

C'est ce week-end que l'on saura si le musée des Beaux-Arts de Lyon réussit à se porter acquéreur de La Fuite en Egypte (1657) de Nicolas Poussin, après deux ans de négociation. Estimé entre 10 et 15 millions d'euros, son achat nécessite un type de financement inhabituel : le mécénat d'entreprises. Car depuis 2002 et le vote d'une loi instituant des déductions fiscales (jusqu'à 90 % des sommes versées), cette pratique profite surtout aux musées nationaux. « Les entreprises veulent une visibilité nationale et préfèrent acquérir pour le Louvre plutôt que pour un musée en province », commente Florence Hudowicz du musée Fabre de Montpellier. Cet établissement aussi est engagé dans un projet d'acquisition d'une oeuvre de Nicolas Poussin, auprès d'un collectionneur américain. Des « négociations délicates », entamées il y a dix ans, et dont le musée espère voir l'issue prochainement.

Marc Héneau

Si le musée ne réussit pas à réunir les fonds, le tableau de Nicolas Poussin pourra être vendu à l'étranger dès lundi.