Underground, kitsch et classieux, trois albums de BD à ne pas manquer!

BD Avec plus de 4000 albums publiés chaque année, même le lecteur le plus assidu "loupe" forcément quelques pépites. 20 Minutes regarde dans son rétroviseur et revient sur trois albums récents qui méritent un rappel.

Olivier Mimran
— 
«Minimum Wage» (détail de la couverture)
«Minimum Wage» (détail de la couverture) — Bob Fingerman & éd. Les Humanoïdes Associés

Underground et culte


Résumé: Pas évident, même dans le New-York des années 1990, de continuer à mener une vie de bohême quand on a décidé de «se poser» en couple. C'est le cruel constat que vont faire Rob, un illustrateur spécialisé dans la presse X et Sylvia, sa chérie standardiste dans un salon de coiffure. Des galères professionnelles et familiales à la difficulté de trouver un logement potable, rien n'est épargné à ces deux marginaux en quête d'absolu...

Glop!: Album culte aux États-unis, Minimum Wage est considéré comme le chef d'oeuvre de Fingerman, un auteur underground jusqu'ici étrangement resté inconnu en france. Copieux (230 pages), à la fois rigolo et très touchant, le livre est préfacé par Robert Kirkman, le scénariste de Walking dead. À noter l'excellente traduction de Marie Brazilier.

Pas glop!: Un format intermédiaire (200x265mm) qui comprime un peu les graphismes hyper détaillés.

«Minimum Wage - Salaire minimum, galère maximum», de Bob Fingerman - éd. Les Humanoïdes associés, 24,95€
(date de sortie: 16 avril 2014)

Pop et kitsch


Résumé: Marre d'entendre vos parents encenser la «magie» des années 1980? D'accord, mais... s'ils avaient raison? Pluttark (alias Rudy Spiessert, dessinateur surdoué d'Ingmar, Hélas, Naguère les étoiles etc) compile ici, année par année, tout ce que les eighties ont produit de merveilleux... comme de pathétique: de la sortie des Feux de l'amour (1981) à celles de Tetris et Super Mario (1985), des échanges de figurines des Crados (1988) à la déferlante des montres Swatch (1983), découvrez pourquoi cette décennie reste la plus «pop» de tous les temps.

Glop!: Grâce à des illustrations sobres, des textes très marrants et un choix d'évènements plutôt cohérent, ce livre s'impose comme une véritable bible (d'autant qu'il totalise 232 pages). Du coup, ce Retour vers les années 80 tient typiquement du genre d'ouvrage qu'on a envie d'offrir à tours de bras.

Pas glop!: À chaque évènement, une vignette dans laquelle le dessin -c'est normal- occupe une place majeure. Dommage, on préfèrerait parfois davantage de texte explicatif car certaines références risquent de ne «pas parler» aux lecteurs de moins de 20 ans.

«Retour vers les années 80», de Pluttark - éd. Delcourt, 25,50€
(date de sortie: 23 avril 2014)

Trépidant et classieux


Résumé: Bruxelles, 1946. Encore traumatisée par l'occupation allemande, la capitale belge est en proie à une terrible canicule. Pour corser le tout, deux robots colossaux et une femme vêtue d'une peau de léopard déambulent sur ses toits à la nuit tombée. Blessée, la jeune femme trouve refuge au Moustic hôtel où elle est prise en charge par un Spirou pourtant un peu trop alcoolisé...

Glop!: Septième volume de la série «Le Spirou de...», ce premier tome d'un dyptique annoncé voit Spirou et Fantasio crapahuter jusqu'à Saint-Germain des Prés avant de s'embarquer pour l'Afrique. On y croise d'ailleurs Sartre, Gréco, Vian et d'autres figures parisiennes de l'immédiat après-guerre. De l'Aventure avec un grand A, que l'élégance des dessins d'Olivier Schwartz inscrit dans la plus pure lignée du Spirou de Jijé (voire de celui de Franquin).

Pas glop!: On restera sur sa faim en attendant l'épilogue dans le second et dernier tome, Le maître des hosties noires.

«La femme léopard» (Le Spirou de... tome 7), de Yann & O. Schwartz - éd. Dupuis, 14,50€
(date de sortie: 02 mai 2014)