Harry Potter vivra ou mourra le 21 juillet

AFP

— 

Les fans de Harry Potter ont désormais les yeux rivés sur la date du 21 juillet, après l'annonce que le septième et dernier tome des aventures du célèbre apprenti sorcier sortira alors, en version anglaise, dans le monde entier.
Les fans de Harry Potter ont désormais les yeux rivés sur la date du 21 juillet, après l'annonce que le septième et dernier tome des aventures du célèbre apprenti sorcier sortira alors, en version anglaise, dans le monde entier. — Murray Close AFP

Les fans de Harry Potter ont désormais les yeux rivés sur la date du 21 juillet, après l'annonce que le septième et dernier tome des aventures du célèbre apprenti sorcier sortira alors, en version anglaise, dans le monde entier.

C'est Bloomsbury, l'éditeur britannique de la série qui a dévoilé jeudi la date de parution de «Harry Potter and the Deathly Hallows», titre du dernier tome de la série de l'écrivain britannique J. K. Rowling.

Les fans du jeune sorcier ont donc encore un peu moins de six mois à attendre dans l'angoisse, pour savoir si leur héros va mourir.

Ce livre doit mettre un terme à une série entamée en 1997 avec "Harry Potter and the Philosopher's Stone", en français "Harry Potter à l'école des Sorciers", a indiqué l'éditeur.

Il n'existe pas encore de titre officiel pour la traduction française du dernier épisode, selon le bureau de Christopher Little, l'agent littéraire de Mme Rowling.

La date de parution du livre, dont le titre peut être traduit approximativement par "Harry Potter et les saints de la mort", dans les principales autres langues européennes n'a pas été décidée, a précisé le bureau de M. Little à l'AFP.

La créatrice de Harry, J.K. Rowling, avait indiqué en juin dans une interview à la télévision britannique que deux personnages allaient mourir dans ce dernier tome, dont elle a écrit le chapitre final «à peu près en 1990».

«Le prix doit être payé, il s'agit ici du mal absolu. On ne supprime pas les personnages secondaires, n'est-ce pas? On vise les héros, c'est ce que je fais», avait déclaré l'auteure.

Quand le journaliste lui a demandé si elle s'apprêtait à tuer Harry, J. K. Rowling n'a pas voulu répondre, mais a observé que tuer le héros d'une série permettait aux écrivains d'être certains qu'ils ne réapparaîtraient pas plus tard sous une autre plume.

L'écrivain millionnaire a confié qu'il lui avait été particulièrement difficile de terminer ce dernier opus. «J'ai très envie de terminer ce livre tout en n'y tenant pas», a-t-elle écrit sur son site internet.