«League of Legends»: Les stars du jeu vidéo le plus joué au monde réunies à Paris

CULTURE Les meilleures équipes du monde et les joueurs favoris des fans de «League of Legends» s’affronteront pendant ce long week-end au Zénith sous les yeux de près de 25.000 spectateurs...

Anaëlle Grondin

— 

Des joueurs professionnels de «League of Legends» en plein championnat aux Etats-Unis en février 2014.
Des joueurs professionnels de «League of Legends» en plein championnat aux Etats-Unis en février 2014. — ROBYN BECK / AFP

Ses plus grands joueurs remplissent des salles de spectacle entières et ses fans sont prêts à payer plusieurs dizaines d’euros pour les voir s’affronter en direct. Sorti en 2009, «League of Legends» fait non seulement partie des jeux vidéo en ligne les plus populaires au monde mais il est l'eSport (jeu vidéo multijoueur pratiqué sur Internet ou en réseau) le plus suivi sur la planète. Aujourd’hui, les joueurs partagent leurs parties sur Internet, des bars proposent des tournois auquel tout le monde peut assister, et l’éditeur du jeu, Riot Games, multiplie les compétitions.

Sur le modèle des championnats de basket-ball ou de football américain, «League of legends»,  pratiqué par 70 millions de joueurs dans le monde, a sa propre compétition «All Star» depuis l’an dernier. Les meilleurs joueurs du globe et les plus populaires auprès des fans s’opposent devant une audience impressionnante. Cette année, la compétition va rassembler environ 25.000 personnes à Paris. Le Zénith de la capitale sera pris d’assaut par les fans de «LoL» pendant quatre jours, de ce jeudi 8 au dimanche 11 mai.

Les billets écoulés le premier jour de vente

«Les billets se sont vendus en quelques heures seulement» pour ce long week-end de tournois, a indiqué à 20 Minutes Nicolas Laurent, en charge du développement international pour Riot Games. 

Pierre, 27 ans, joue à «League of Legends» depuis quatre ans, regarde des parties chez lui sur YouTube, Twitch ou Azubu et occasionnellement au bar le Meltdown à Paris, qui propose des tournois d’e-sport chaque semaine. Il assistera à la compétition «All Star» au Zénith de Paris samedi et dimanche. «J'aime regarder des matchs de LoL car les joueurs sont très talentueux et ont des stratégies très poussées. Cela me permet d'en apprendre plus sur le jeu et m'améliorer personnellement», explique-t-il.

Stars, entraîneurs et sponsors

L’e-sport n’est pas nouveau. Mais le phénomène s’est fortement développé ces «deux ou trois dernières années», selon Nicolas Laurent. Si bien que certains joueurs sont devenus des stars. «Il y a des centaines de milliers de personnes qui regardent aujourd’hui en ligne leurs séances d’entraînement», assure Nicolas Laurent. Ces joueurs n’ont rien à envier aux sportifs de haut niveau.

Pour ce responsable de Riot Games, «mis à part l’effort physique (et encore, les joueurs transpirent beaucoup!), il y a tout du sport traditionnel dans l’e-sport: la stratégie d’équipe, les coachs qui entraînent les joueurs professionnels, les sponsors, les spectacles, les salaires très élevés.» Les plus doués et les plus célèbres sur Internet, comme Faker, peuvent toucher plusieurs centaines de milliers de dollars par an voire le million, grâce à un salaire (de 21.000 dollars par an) versé par Riot Games, des sponsors, les prix des compétitions, sans oublier la publicité sur leurs vidéos YouTube.

«La même émotion que lors d’un match de foot au Stade de France»

Qui plus est, «l'ambiance lors des tournois de League of Legends ressemble de plus en plus à l'ambiance lors des matchs de sports traditionnels», s’enthousiasme Pierre.

Nicolas Laurent renchérit: «On voit des joueurs inventer des stratégies innovantes, on peut aussi apprécier un effort impressionnant. On vit la même émotion que lors d’un match de foot au Stade de France.» 

Le dernier championnat du monde de «League of Legends» en vidéo:

L’écosystème primordial

League of Legends est le seul jeu de l’éditeur américain Riot Games, qui a vu le jour en 2006. «Plutôt que d’en développer d’autres, on a décidé de pérenniser l’écosystème de "LoL", explique Nicolas Laurent. On considère le jeu comme un service. On le met à jour toutes les deux semaines, un nouveau personnage apparaît chaque mois. On veut de la richesse.» Riot Games «envisage un jour de lancer un nouveau jeu». «On y travaille, glisse Nicolas Laurent. Mais ce n’est pas pour maintenant.»