Pompidou refuse l'âge pachydermique

©2006 20 minutes

— 

no credit

Après avoir défrayé la chronique à ses débuts, le Centre Pompidou entend bien, pour ses 30 ans, faire taire les rumeurs d'essoufflement. Inauguré le 31 janvier 1977, ce centre culturel polyvalent a connu des débuts tonitruants. Critiqué par les riverains, les intellectuels et les politiques, il fut très vite adopté par le public. A l'ouverture, 25 000 curieux affluaient chaque jour. Cinq fois plus que prévu. Trente ans plus tard, 17 000 visiteurs continuent d'en fréquenter au quotidien les expos, le forum et la bibliothèque. Côté programmation, les expositions pluridisciplinaires se sont distinguées : elles ont su confronter les oeuvres les unes aux autres pour faire ressortir, non sans pertinence, leurs dimensions politique et sociale.

Aujourd'hui, des voix s'élèvent contre une « muséification » de Beaubourg. Collection gigantesque, programmation trop chargée... Cette « machine lourde » peinerait à réagir aux évolutions rapides de l'art du xxie siècle. C'est oublier que le Centre a toujours su rattraper ses éventuels retards. Il s'est doté en 2004 de l'Espace 315, dédié aux jeunes artistes, et, il y a peu, d'un institut de recherche et d'innovation pour accompagner le développement du numérique dans l'art. « L'énergie peut aussi nous venir de l'extérieur », plaide encore son président, Bruno Racine en référence à ses projets d'antennes, à Metz fin 2008, et à Shanghai « le plus tôt possible ». Echange de compétences, selon l'institution. Fuite des chefs-d'oeuvre à l'étranger, pour les détracteurs de la décentralisation des musées français. La polémique a déjà commencé.


Mercredi 31 janvier, le Centre Pompidou ne pourra pas ouvrir ses portes au public, en raison de la tenue d'une cérémonie officielle pour son 30e anniversaire.

Jeanne Dréan

5,1 millions de visiteurs sont venus en 2006, dont plus de 300 000 rien que pour les expos Los Angeles et Yves Klein. 59 084 oeuvres réalisées par plus de 5 000 artistes composent sa collection d'art moderne et contemporain. C'est la plus importante du monde après celle du MoMA de New York. 1,6 million d'euros seront consacrés à l'acquisition d'oeuvres d'art en 2007. 34 acquisitions (achats, dons et dations) ont été faites par le Centre en 2006.