René Martin : «Une première mondiale»

©2006 20 minutes

— 

René Martin

Fondateur et directeur

de la Folle Journée.

Le choix du thème n'est-il pas

un peu risqué ?

Non. En deux jours de billetterie, nous avions déjà vendu 70 000 billets. Et ce ne sont ni les billets pour le concert de Barbara Hendricks ni le Bolero de Ravel qui sont partis en premier. Nous avons la confiance du public.

La manifestation est-elle toujours grand public ?

Pas seulement. Un spécialiste d'Anton Dvorak pourra même découvrir une première mondiale. Une partition pour piano et choeur du Stabat Mater, jusqu'ici conservée par l'éditeur du compositeur. Elle sera jouée pour la première fois à Nantes par Laurence Equilbey et l'ensemble Accentus.

Recueilli par P. V.

Grand compositeur danois du début du xxe siècle, méconnu en France, Carl Nielsen possède un lyrisme presque malhérien dans sa musique d'orchestre et autant de subtilité intime que Tchaïkovski dans sa musique de chambre. Cinq concerts lui seront consacrés.