Carole Guisnel remporte le concours Les Impertinentes 2014

HUMOUR Son humour, tout à la fois absurde et inédit, a séduit le jury présidé par Anne Roumanoff...

Anne Demoulin

— 

Carole Guisnel a remporté le concours Les Impertinentes 2014.
Carole Guisnel a remporté le concours Les Impertinentes 2014. — Le Grand Point Virgule/Auféminin.com

L’univers décalé de Carole Guisnel a séduit le jury de la première édition du concours Les Impertinentes, présidé par Anne Roumanoff, au Grand Point Virgule ce mardi.  Son sketch intitulé «Sous l’océan» a permis à la Bretonne âgée de 33 ans de se distinguer parmi les neuf finalistes du concours organisé par Le Grand Point Virgule et Auféminin.com, en partenariat avec 20 Minutes. Rencontre avec cet espoir de l'humour féminin.

Une vocation née au Cours Simon

Carole Guisnel grandit dans le 19e arrondissement de Paris où elle suit pendant quatorze ans une formation de danse classique au conservatoire, puis d'art du cirque à l'école Fratellini pendant quatre ans. En 1994, elle intègre le cours Simon: « C’est là où j’ai eu envie de faire du one-woman-show. Enfin, à l’école du Vélo Volé, j’ai eu vraiment une formation exceptionnelle», se rappelle l'espoir de l'humour au féminin.

Son humour, elle le décrit comme «un peu absurde». Sa définition du métier d’humoriste? «Mon travail est de faire en sorte que le public lâche prise pour embarquer avec moi dans un univers où l’on assume d’être un peu fou, un peu différent, etc. Peu importe l’état dans lequel est le spectateur, j’ai envie de lui amener quelque chose de positif», résume-t-elle.

En 2009, Carole Guisnel se lance dans l’humour et remporte l'audition du Point Virgule pour leur scène découverte jeune talent: Les Trempoints. Comme de nombreux humoristes, elle fait ses armes sur les scènes ouvertes de Paris telles que Le Chinchman, Le Pranzo ou encore Le Paname.

«Maniac», son premier one-woman-show

En mars 2010, elle joue pour la première fois son spectacle, intitulé «Maniac», au Théâtre Saint Honoré. Durant un an et demi, elle se produit lors d'exceptionnelles au Point Virgule et intervient régulièrement au Jamel Comedy Club dans le cadre des Deb Jam les mardis soirs.

Le concours Les Impertinentes lui a beaucoup apporté. «Anne Roumanoff a posé le regard d’une professionnelle sur mon travail. Elle m’a fait bougé et fait comprendre des choses. Son point de vue était très intéressant», raconte-t-elle.

Les Impertinentes, «C’était vraiment un kif d’être là»

Pas de compétition, mais de l’émulation et une bonne ambiance: «On se connaissait déjà toutes avant le concours, nous sommes des potes. Le milieu de l’humour est petit, on finit tous par se rencontrer».Dans les coulisses, «on se marrait, c’est ce qui a fait que le spectacle était bon et qu’il y avait beaucoup d’énergie sur scène», estime-t-elle.

La salle était comble lors de la finale des Impertinentes: «Le Grand Point Virgule est l’une des scènes les plus en vue. C’était vraiment un kif d’être là», confie Carole Guisnel. Dans ses futurs projets, la jeune humoriste espère d’ailleurs rejouer son spectacle au Point Virgule et pourquoi pas, tourner en France.