VIDEO. Corée: Une chanson de K-pop interdite de diffusion à cause d’un mot japonais

MUSIQUE Le groupe Crayon Pop a dû revoir sa partition…

Mathias Cena

— 

Le groupe coréen Crayon Pop pendant la promotion de son dernier album, à Séoul, le 28 mars 2014.
Le groupe coréen Crayon Pop pendant la promotion de son dernier album, à Séoul, le 28 mars 2014. — Yonhap News/NEWSCOM/SIPA

Interdiction d’antenne. Uh-ee, la dernière chanson du groupe de pop coréenne Crayon Pop, a été jugée inapte à la diffusion sur la chaîne de télévision publique coréenne KBS à cause… de l’emploi d’un mot d’origine japonaise dans les paroles.

Alors que les relations entre le Japon et la Corée du Sud sont glaciales à cause de contentieux territorial et historique, cette nouvelle péripétie étonne au-delà des fans du groupe de K-pop, dont le hit de l’année dernière, Bar Bar Bar, a dépassé les 15 millions de vues sur Youtube. «La chaîne nous a notifié que [le mot en question] était un vestige de l’impérialisme japonais et devait être corrigé», explique Lee Sung-soo, un responsable du label qui produit le groupe Crayon Pop. La chaîne confirme que la chanson a été rejetée à cause de l’utilisation du japonais.

«Pika-beonjjuk»

Le mot de la discorde est «pika-beonjjuk», fusion du mot japonais «pika-pika» et du terme coréen «banchak-banchak», qui se traduisent tous les deux en français par «brillant» ou «étincelant». Le mot original et la fusion sont tous les deux utilisés dans la langue coréenne, avec une nuance légèrement différente. Le groupe a donc finalement dû troquer le mot incriminé pour sa version coréenne de «banchak-banchak».

Après la fin de l’occupation japonaise en 1945, la Corée du Sud a passé des lois prohibant l’import de produits culturels japonais, qui ont été levées à partir de 1998. Même si ces lois n’existent plus, certaines chaînes continuent à refuser de diffuser des programmes japonais.