Municipales 2014: Olivier Py se dit «soulagé» par la victoire de la gauche à Avignon

J.M. avec AFP
— 
Le directeur du Festival d'Avignon, Olivier Py, montre le programme de l'édition 2014, le 20 mars 2014
Le directeur du Festival d'Avignon, Olivier Py, montre le programme de l'édition 2014, le 20 mars 2014 — Bertrand Langlois AFP

Olivier Py, directeur du festival d’Avignon, s'est félicité de la victoire de la candidate socialiste, Cécile Helle, qui a obtenu 47,48% des voix. «C'est la victoire aussi d'Avignon, ville de culture, Avignon ville des cultures, ville de métissage, Avignon que nous aimons, ce n'est pas un Avignon intolérant, ce n'est pas un Avignon dans lequel il y a des tensions communautaires, c'est un Avignon dans lequel l'avenir même est tourné vers la culture», a-t-il dit, ajoutant «être soulagé» de cette victoire.

«La culture est un réel obstacle au Front national»

La programmation, qui n'est pas définitive, prendra en compte les 35,02% obtenus par le candidat Rassemblement Bleu Marine à Avignon, Philippe Lottiaux, selon lui. «Ce sera à mon avis un festival tourné vers la conscience politique», car, a-t-il jugé, «la culture est un réel obstacle au Front national en termes philosophiques mais aussi de manière pragmatique».

«Face au Front national, le silence n'est jamais une bonne stratégie »

«Face au Front national, le silence n'est jamais une bonne stratégie, jamais. Donc, si les politiques ne veulent pas crier haut et fort qu'ils sont contre le Front national, il faut que la société civile se réveille et le fasse», a précisé le dramaturge.

Olivier Py, qui ne regrette pas d'avoir suscité la polémique en affirmant en début de semaine que si le FN remportait les élections, le festival d'Avignon devait partir, s'est dit «surpris du fait que dans cette campagne le danger du Front national n'a pas été vraiment brandi par les politiques». «Il est clair que la stratégie du Front national a été d'apparaître avec un autre visage, de paraître plus démocratique, de tenter une dédiabolisation. Moi, je pense que derrière ce masque le Front national est toujours le parti de Jean-Marie Le Pen», a-t-il estimé.