Shigeru Ban, l’architecte du Centre Pompidou-Metz, remporte le prix Pritzker d'architecture

CULTURE L'architecte japonais est aussi connu pour ses constructions d'abris pour les victimes de désastres naturels ou de violences...

A.L. avec AFP

— 

Le Centre Pompidou-Metz, le 10 mai 2010.
Le Centre Pompidou-Metz, le 10 mai 2010. — B. TESSIER / REUTERS

Le Centre Pompidou-Metz, c'est lui (avec Jean de Gastines). La future cité musicale qui doit être implantée sur le site de l'île Seguin, près de Paris, c'est lui aussi. L'architecte japonais Shigeru Ban vient de se voir décerner le prestigieux prix Pritzker 2014.

Il y a quelques années, «j'ai fait partie du jury» de ce prix censé récompenser une carrière. «Je ne pense pas avoir encore atteint ce niveau pour le moment», a déclaré avec modestie l'architecte, qui voit plutôt dans ce prix un «encouragement» pour son travail.

«Le rôle social de l'architecte»

Spécialiste des structures en carton et des matériaux humbles, Shigeru Ban est connu notamment pour ses constructions d'abris pour les victimes de désastres naturels ou de violences. Il considère qu'un architecte a un «rôle social» à jouer.

Pour lui, le déclic a eu lieu en 1995 avec le tremblement de terre de Kobe au Japon. «J'étais choqué par la situation des réfugiés et j'ai voulu leur venir en aide». Il a conçu des abris temporaires faits de tubes de carton imperméabilisé, avec une toiture en toile de bâche.

«En France, il faut se battre»

L'architecte, qui a des bureaux à Paris, à Tokyo et à New York, trouve qu'«il est plus facile de travailler au Japon qu'en France où il faut se battre». «ll y a des différences culturelles et c'est pour cela que j'ai choisi d'avoir un associé français Jean de Gastines», dit-il.