Fayard et Glénat refont l'histoire de France en bulles

BD Une nouvelle série historique se démarque en s’appuyant sur l’expertise d’universitaires...

Olivier Mimran

— 

«Vercingétorix»
«Vercingétorix» —

«Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient». L’aphorisme s’applique on ne peut mieux aux Français qui, s’ils se disent volontiers inquiets pour l’avenir, se sont toujours passionnés pour le passé. Il suffit, pour s’en convaincre, d’observer la pléthore de livres, revues spécialisées, films et documentaires (20% de l’offre pour Arte et France 2) historiques «consommés» dans l’hexagone.

La bande dessinée n’est pas en reste, les séries consacrées au temps jadis se multipliant ces dernières années. La plus récente d’entre elles, IIs ont fait l’histoire, est  conjointement publiée par les éditions Glénat et Fayard et ses deux premiers volumes dressent les portraits de Vercingétorix et de Philippe le Bel. Mais en quoi cette collection se distingue-t-elle ?

De la vulgarisation «exigeante»

D’abord, elle s’appuie sur les compétences d’historiens reconnus (Stéphane Bourdin, maître de conférences en histoire et archéologie du monde romain pour Vercingétorix; Valérie Theis et Étienne Anheim, tous deux maîtres de conférences en histoire médiévale pour Philippe le Bel), qui signent également un dossier pédagogique de huit pages en fin d'album. Ensuite, elles est réalisée par de grands noms de la BD francophone, parmi lesquels Didier Convard, Éric Adam, Fred Vignaux, Mathieu Gabella etc. Enfin, la collection ne «pète pas plus haut que son cul» et revendique une certaine vulgarisation de l’histoire -«mais très exigeante», précise Sophie de Closets, PDG des éditions Fayard-, à seule fin de la rendre accessible au plus grand nombre.

Une vie en 46 planches

De fait, les deux premiers volumes s’en sortent avec les honneurs tant il semble compliqué d’embrasser des vies entières –et quelles vies !- en seulement 46 planches: Vercingétorix raconte comment un jeune arverne apprit la discipline militaire dans l’armée romaine avant de se retourner contre elle. Le passionnant récit de ses campagnes s’appuie sur La guerre des Gaules, seule source écrite subsistant de l’époque et rédigée par… Jules César lui-même. Philippe le Bel retrace le destin hors norme de Philippe IV, dit «le Bel» ou «le roi de fer», premier vrai stratège politique français qui entra en conflit avec Boniface VIII, le Pape alors tout-puissant.

Un divertissement très rigoureux

Éclairés et éclairants, les premiers volumes d'Ils ont fait la France marient donc avec bonheur rigueur historique et divertissement. Une recette qui, si elle trouve son public, se déclinera sur le long cours: «Une trentaine d’albums sont d’ores et déjà en chantier», confirme l’éditeur Jacques Glénat, «dont huit sortiront en 2014, parmi lesquels les biographies de Jean Jaurès, Charlemagne, Saint-Louis, Napoléon, Catherine de Médicis et bien d’autres…».

«Ils ont fait l’histoire», éditions Glénat & Fayard, 14,50€ le volume

Les mangas aussi

Des stickers annoncent en couverture que la collection Ils ont fait l’histoire est «recommandée» par le magazine Historia. Un gage de sérieux pour les amateurs, même si le mensuel verse, lui aussi, plutôt dans la vulgarisation historique. Hasard du calendrier, un manga également «recommandé» par Historia vient de sortir aux éditions Ki-Oon: Ad Astra, du japonais Mihachi Kagano, raconte la confrontation, en 241 avant J.-C., entre Hannibal Barca, le Carthaginois, et Scipion l’africian, génie militaire romain. La série est prévue en quatre volumes.