Livre numérique: 50% des œuvres piratées?

CULTURE Selon la plateforme de lecture en ligne Youboox, 50% des œuvres seraient piratées. Une étude toutefois peu représentative, tempère «Actualitté»…

A.L.

— 

Le Sénat a adopté lundi, contre l'avis du gouvernement, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2011 (PLF), l'abaissement de la TVA sur le livre numérique à 5,5% au lieu de 19,6%.
Le Sénat a adopté lundi, contre l'avis du gouvernement, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2011 (PLF), l'abaissement de la TVA sur le livre numérique à 5,5% au lieu de 19,6%. — Eric Piermont afp.com

Le constat est alarmant. 50 % des ouvrages numériques seraient piratés, d’après une étude publiée par la plateforme de lecture en ligne Youboox à l’occasion du 34ème Salon du Livre. Sur 100 titres numériques étudiés du 1er au 15 mars, Youboox a détecté 441 infractions au droit d’auteur, sur 50 % des titres.

La BD, genre le plus piraté

«Le piratage des livres numériques ne touche pas seulement les best-sellers et les auteurs connus, affirme dans un communiqué le cofondateur de la start-up française Fabien Sauleman. L’ensemble des œuvres numériques est atteint et ce phénomène risque encore de s’amplifier si les acteurs du livre ne réagissent pas. Il faut rapidement donner aux éditeurs un moyen d’agir contre ce piratage».

Les bandes dessinées sont les plus touchées: elles représentent 59 % des téléchargements illégaux. Les œuvres de science-fiction suivent (23 %), devant les romans tous genres confondus (14 %). Youboox ajoute: «Tous les types de supports et formats sont concernés EPUB, DRM, PDF, etc. Les sites de téléchargement ne manquent pas et les réseaux peer to peer ont largement accéléré le phénomène».

Un panel de 100 titres sur une offre de plus de 100.000

Pas de panique cependant. «Il ne faut pas prendre l’étude au pied de la lettre», tempère le site spécialisé Actualitté qui souligne que le panel est d’une centaine de titres «alors que l’offre légale serait de plus de 100.000 livres numériques en France». Par ailleurs, «si un ouvrage sur deux est réellement disponible en version contrefaite, cela n’implique pas non plus que les utilisateurs puisent dans ce vivier» indique le site. Actualitté cite les chiffres du syndicat de l’édition (SNE) selon lequel, en 2013, seulement 14 % des lecteurs d’ebooks reconnaissaient avoir piraté un livre.

Des livres numériques plus chers que leur version papier

Le livre numérique, c’était en 2013, selon l’institut GfK, plus de 5 millions de livres vendus et un chiffre d’affaires de 44 millions d’euros, soit une hausse annuelle de 110 %. Mais cette bonne forme du marché pourrait bien se ternir dès cette année, à en croire les calculs d’Edition Multimedia, selon lesquels la croissance déclinerait. Un déclin que l’on peut imputer en partie au piratage, mais pas seulement. Le coût des livres, parfois supérieur au coût de leur version papier, a largement de quoi rebuter de potentiels nouveaux lecteurs.