Le premier Salon du cinéma ouvre à Paris

— 

Les cinémas dart et dessai parisiens, qui ont formé des générations de cinéphiles et lancé beaucoup de grands noms du septième art, se retrouvent pour la plupart en grave difficulté financière face à la concurrence des multiplexes, en dépit de nombreuses subventions.
Les cinémas dart et dessai parisiens, qui ont formé des générations de cinéphiles et lancé beaucoup de grands noms du septième art, se retrouvent pour la plupart en grave difficulté financière face à la concurrence des multiplexes, en dépit de nombreuses subventions. — Olivier Laban-Mattei AFP

Le cinéma ne se résume pas aux acteurs et aux réalisateurs. Il englobe tout un univers présenté à partir vendredi à Paris au parc des expositions de la Porte de Versailles par le premier Salon du cinéma. Affichant l’ambition d'être une «grande fête populaire», ce tout premier salon du 7è art s'annonce comme une éclectique «vitrine des savoir-faire du cinéma français» et un «lieu de divertissement et d'information».
Fort de l’engouement croissant du public pour le cinéma hexagonal, dont les productions ont engrangé plus de 84 millions d'entrées en 2006, le salon attend 30 à 50.000 curieux de vendredi à dimanche.

Aux couleurs du Maroc par son décor et la présence de réalisateurs et acteurs venus du Royaume, le salon sera inauguré vendredi soir par le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres et son homologue marocain, le ministre de la Communication Mohammed Nabil Benabdallah.
 
Rencontres et castings au programme
 
Lancé par trois ex publicitaires trentenaires et fans de cinéma, Jonathan Bryant, Moïse Kissous et Gad Abitbol, cette première édition est soutenue par une trentaine de partenaires.
Plusieurs professionnels viendront ainsi évoquer leur métier, tels que les réalisateurs Patrick Braoudé, Philippe Lioret, Florent Siri, Patrick Rotman vendredi, Lucas Belvaux, Tony Gatlif, Eric Lartigau et Danièle Thompson samedi, ou encore Jean-Paul Rappeneau et Alain Chabat dimanche.

Une vingtaine de métiers seront montrés à travers de multiples animations : tournage en direct d'un court-métrage par le cinéaste Nils Tavernier, démonstrations de bruitages par Jean-Pierre Lelong, oscarisé pour le son de James Bond, de cascades avec Rémy Julienne et la société D-Thunder, de dressage avec des «animaux cascadeurs» de chez Jacana.

Des casting seront également organisés en partenariat avec l'ANPE spectacle, ainsi que des rencontres avec des comédiens, scénaristes, story-boarders, décorateurs, costumiers, monteurs, mais aussi des projections de making-of, des simulations d'effets spéciaux par la société Def2Shoot («Les rivières pourpres», «OSS 117»).
 
Animation à l’honneur

L'image de synthèse et la 3D seront décortiquées dans des ateliers confiés à l'école EESA, et les enfants pourront notamment s'initier au métier d'acteur, aux techniques du son et à la création d'affiches.
Enfin, l'animation sera à l'honneur grâce aux mythiques studios britanniques Aardman, créateurs des loufoques héros de pâte à modeler Wallace et Gromit, dont le créateur Peter Lord et le producteur David Sproxton viendront parler.

Des prix du public seront décernés à Audrey Tautou et Charlotte Gainsbourg, élues ex aequo actrices préférées des Français, ainsi qu'à Gad Elmaleh et Alain Chabat, arrivés premier et deuxième, à l'issue d'un vote sur internet.