Hollande et Ayrault rendent hommage au célèbre directeur d’opéra Gérard Mortier

DÉCÈS Le Belge s’est éteint ce dimanche à l’âge de 70 ans…

avec AFP

— 

Le directeur d'opéra belge Gérard Mortier en 2004.
Le directeur d'opéra belge Gérard Mortier en 2004. — MEIGNEUX/SIPA

François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont salué ce dimanche la mémoire du directeur d'opéra Gérard Mortier, décédé à l'âge de 70 ans. Un homme qui n'a cessé, selon le chef de l'Etat, de «combattre pour la culture en Europe».

«Son originalité et son talent manqueront», ajoute le président de la République, dans un message de condoléances diffusé par l'Elysée. «Grand directeur d'opéra, habité par la conviction que cet art était résolument contemporain, il avait avec talent dirigé l'Opéra national de Paris jusqu'en 2009 faisant venir les plus grands metteurs en scène», rappelle François Hollande.

«Une audace parfois décalée, mais toujours juste»

Les «découvertes artistiques toujours brillantes» de Gérard Mortier, au théâtre de la Monnaie de Bruxelles et au festival de Salzbourg notamment, sont évoquées également dans un message de condoléances du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, à la famille et aux proches du patron d'opéra belge.

Celui-ci a tenu à rappeler: «Il marqua le public parisien par une audace parfois décalée, mais toujours juste et respectueuse de l'oeuvre. Sa trilogie Mozart/Da Ponte, produite à l'occasion du 250e anniversaire de la naissance du compositeur, où il associa Patrice Chéreau, Michael Haneke et Christoph Marthaler, comme l'invitation faite à Bill Viola d'illustrer "Tristan et Isolde" de Richard Wagner, illustrent à merveille l'éclectisme et le génie d'une programmation exemplaire».