Une BD commémore le vingtième anniversaire du génocide rwandais

BD Une bouleversante BD reportage revient, vingt ans après, sur le génocide le plus rapide de l'histoire...

Olivier Mimran

— 

«La fantaisie des dieux» (extrait)
«La fantaisie des dieux» (extrait) — P. de St-Exupéry, Hippolyte & éd. Les Arènes 2014

Cette année, les commémorations du centenaire de la Première guerre mondiale risquent hélas d’occulter un autre dramatique anniversaire: celui des 20 ans du génocide rwandais. Avec 800.000 tués en cent jours, soit une productivité deux fois supérieure à la solution finale nazie de Treblinka, cette immense tragédie continue pourtant -c’est très légitime- à hanter les esprits. A fortiori de ceux qui y ont assisté. Comme Patrick de Saint-Exupéry, qui signe le scénario de La fantaisie des Dieux, une bande dessinée aussi poignante que riche en enseignements.

Des témoins racontent


Co-fondateur et rédacteur en chef de la revue XXI, Patrick de Saint-Exupéry était en reportage au Rwanda à la mi-mai 1994, soit à l’acmé du massacre. Après avoir publié, en 2004, l’essai L’inavouable, la France au Rwanda (éditions Les Arènes), ce Grand Reporter de formation est retourné à Kigali en compagnie du jeune dessinateur Hippolyte (Le maître de Ballantrae, Les ombres). Ensemble, ils ont rencontré acteurs, témoins et survivants du génocide dont les témoignages éclairent les propres souvenirs -toujours révoltés- du scénariste.

Arrestation d'une famille Tutsie à un check-point Hutu

Objectivité et sobriété


Il en résulte une BD exceptionnelle pour trois raisons: d’abord parce qu’elle rend compte de l’horreur sans jamais directement la représenter (ce qui permet d’en prendre la mesure sans être influencé par des images choquantes). Ensuite parce qu’elle s’évertue à présenter tous les points de vue, ceux des victimes (majoritairement Tutsies) comme ceux des bourreaux (Hutus). Ça n’empêche pas les lecteurs de prendre parti, mais ça a le mérite d’éclaircir les motivations -massivement dûes à un embrigadement collectif- de ces derniers.

La culpabilité occidentale


Enfin, cette bande dessinée rappelle la coupable inertie et les responsabilités des Occidentaux qui, en dépit de renseignements alarmants collectés des semaines plus tôt, ne sont intervenus qu’une fois les massacres perpétrés. Et essentiellement pour rapatrier leurs compatriotes, à l’exemple de l’opération française Turquoise à laquelle on reproche aujourd’hui encore son apathie. Autant de vertus qui font de ce récit un témoignage fondamental, en forme de salutaire piqûre de rappel(s).

La fantaisie des Dieux, de P. De St-Exupéry & Hippolyte — éd. Les Arènes, 19,90 euros

Documentaire Tuez-les tous (Genocide Rwanda 1994)