Plus d’une centaine d’exemplaires du «Journal d’Anne Frank» déchirés à Tokyo

J.M. avec AFP
— 
Couverture d'une édition japonaise du
Couverture d'une édition japonaise du — NEWSCOM/SIPA

Des dizaines d'exemplaires du Journal d'Anne Frank ont été vandalisés en février dans des bibliothèques publiques de Tokyo, avec des pages arrachées, a-t-on appris vendredi. Cette œuvre, inscrite au registre de la mémoire du monde par l’Unesco, décrit deux années de la vie d’adolescente d’Anne Frank, au cours desquelles, pendant la Seconde Guerre Mondiale, elle a vécu cachée à Amsterdam. Découverte par les Nazis, Anne Frank a été déportée au camp de Bergen Belsen où elle mourra à l’âge de 15 ans. Son Journal figure parmi l’un des livres les plus lus au monde.

Dans plusieurs quartiers de Tokyo

La police de la capitale japonaise a lancé une enquête à la suite de la plainte de plusieurs établissements. Il en ressort qu'au moins 250 exemplaires du livre ou des ouvrages contenant une biographie d'Anne Frank ont eu des pages arrachées.

«Nous avons reçu des plaintes d'au moins cinq arrondissements de Tokyo (qui en compte 23), je dois encore établir combien de bibliothèques sont concernées», a indiqué à l'AFP Satomi Murata, le directeur du conseil des bibliothèques publiques de Tokyo.

«Chaque exemplaire vandalisé a environ 10 à 20 pages arrachées, ils sont à jeter», a précisé Kaori Shiba, directeur des archives à la bibliothèque municipale centrale de l'arrondissement de Shinjuku dans lequel un total de 39 exemplaires ont été visés dans trois établissements. «Nous n'avions jamais vu une chose pareille», a témoigné Toshihiro Obayashi, directeur adjoint d'une bibliothèque dans le quartier de Suginami.

Un « choc » pour le Centre Simon Wiesenthal

Le Centre Simon Wiesenthal a exprimé son «choc et sa préoccupation» sur son site Internet. «L’ampleur géographique de ces incidents suggère fortement qu’il s’agit d’une tentative organisée pour dénigrer la mémoire de la plus fameuse des 1,5 million d’enfants juifs massacrés par les nazis durant l’Holocauste», a déclaré Abraham Cooper, un responsable du Centre basé aux Etats-Unis.

Cet incident survient alors que les critiques se multiplient contre le Japon à la suite de nombre de déclarations jugées «révisionnistes» sur le passé fasciste du pays, notamment depuis l'arrivée au pouvoir en décembre 2012 du nationaliste de droite Shinzo Abe.