Le Portugal ne vendra pas les 85 œuvres de Miro pour renflouer ses caisses

A.L

— 

Une oeuvre de Miro vendue aux enchères à Paris en 2010. 
Une oeuvre de Miro vendue aux enchères à Paris en 2010.  — GINIES/SIPA

Les œuvres de Miro resteront au Portugal. A la dernière minute, la maison d’enchères Christie’s a décidé d’annuler la vente par le gouvernement des 85 œuvres de l’artiste espagnol qui devait avoir lieu mardi soir et mercredi et avait suscité l’indignation des milieux culturels et l’opposition de la gauche.

«Pas la priorité du Portugal»

La valeur globale de cette collection, l'«une des plus vastes et impressionnantes collections de l'artiste jamais mises aux enchères» selon Christie’s, s’élevait à plus de 30 millions de livres (36,4 millions d'euros). Une somme juteuse pour le gouvernement portugais qui avait fait part en décembre de sa décision de la vendre pour renflouer les caisses de l’Etat, sous assistance financière internationale depuis 2011.

 «Ce n'est pas la priorité du Portugal d'acheter ou de garder une collection de cette dimension», avait déclaré à la mi-janvier le secrétaire d'Etat à la Culture Jorge Barreto Xavier.

Une procédure judiciaire et une pétition

«L'importance de Joan Miro dans l'histoire de l'art est absolument incontestable et il n'existe au Portugal aucune collection de ce peintre ou d'un autre de cette époque ayant une valeur patrimoniale et artistique comparable à celle-ci», avaient fait valoir les députés socialistes qui, indignés par une telle décision, avaient saisi la justice portugaise pour l’annuler. Mardi, la justice venait d’autoriser la vente quand Christie’s a fait part de l’annulation, refroidie par les démêlés judiciaires.

Une pétition en ligne pour annuler la vente comptait plus de 9.300 signataires mardi soir.

Un tollé à Détroit en juin dernier

En juin dernier, une polémique avait surgi de l’autre côté de l’Atlantique, quand la ville de Detroit, ruinée, avait étudié la possibilité de payer ses dettes en vidant son musée, le Detroit Institute of Arts, l’un des plus beaux du continent, qui contenait des tableaux de Munch, Bruegel, Rembrandt, Delacroix, Picasso ou encore Andy Warhol.