VIDEO. Dédicace de Nicolas Wild au festival d’Angoulême

Benjamin Chapon et Olivier Mimran

— 

Nicolas Wild réalise un dessin exclusif pour 20 Minutes
Nicolas Wild réalise un dessin exclusif pour 20 Minutes — O.MIMRAN/20MINUTES

De nos envoyés spéciaux à Angoulême

«Ça tombe pile poil dans le thème du festival cette année», rigole Nicolas Wild dont l’album Ainsi se tût Zarathoustra illustre à merveille le mot d’ordre du festival d’Angoulême 2014: la BD, regard sur le monde.

Nommée en sélection officielle, sa bande dessinée  décrit comment les événements ont conduit son auteur à investiguer, fortuitement, sur les derniers zoroastriens d’Iran. Cette religion ancestrale est en voie de disparition mais reste «un socle de la culture perse», explique Nicolas Wild qui a travaillé trois ans et demi sur cet album.

Sur la route du Népal

«Il y a toujours une partie de moi qui vit là-bas, confie l’auteur. Ça m’a fait très plaisir d’avoir des bons retours d’Iraniens. Mais seule la diaspora a eu accès au livre qui n’est, évidemment, pas publié en Iran.»

Après l’Afghanistan et l’Iran, il travaille actuellement à un album sur Dubaï, où il a été en résidence, et sur des camps de réfugiés bhoutanais au Népal. «Dans Kaboul Disco, j’adoptais la posture du voyageur candide. Plus le temps passe, plus mon regard se fait journalistique.»