Tout Hergé exposé aux yeux de tous

©2006 20 minutes

— 

AFP TV

L'événement est exceptionnel et va réjouir les fanatiques et nostalgiques de Tintin et autres Jo et Zette. Une exposition consacrée à leur créateur s'est ouverte hier au Centre Pompidou, à Paris. Programmée jusqu'au 19 février, elle donne un coup d'envoi anticipé à « l'Année Hergé ». En mai 2007, le dessinateur aurait eu 100 ans. Première bonne surprise : l'entrée est gratuite. La seconde, c'est que les oeuvres présentées sont extraordinaires : des dizaines d'esquisses, de dessins inédits, de notes manuscrites et de documents sonores voisinent avec plus de trois cents planches, en majorité originales. L'ensemble est si imposant qu'au fil de la visite, on a l'impression d'avoir ouvert tous les albums de Tintin sur le parquet de son salon. Pièce maîtresse de l'expo, Le Lotus bleu est d'ailleurs présenté intégralement et la lecture de ses cent vingt-quatre planches, parfois bardées de corrections à la gouache blanche, procure l'émouvante illusion d'assister à leur réalisation.

Bien sûr, les autres personnages d'Hergé sont également présents et à travers Totor (l'ancêtre de Tintin), Quick et Flupke ou Jo, Zette et Jocko, on mesure l'ampleur de l'oeuvre du créateur belge. L'expo n'élude pas ses aspects les plus controversés : on y trouve la réponse d'Hergé à un lecteur qui lui reprochait des caricatures antisémites. L'humour reste néanmoins omniprésent, jusque sur le sol du musée redécoré des jurons du capitaine Haddock. De ses premiers dessins de presse à son amitié avec Tchang, de son ultime passion pour la peinture contemporaine à sa rencontre avec Andy Warhol, on suit avec admiration le parcours de ce géant qui a marqué la BD mondiale... et notre imaginaire collectif. Car au-delà de la pure rétrospective artistique est présenté un univers qui a bercé bien des enfances. L'exposition Hergé, c'est comme une friandise de Noël qu'on recevrait avant l'heure. Une friandise à déguster sans modération de 7 à 77 ans.

Olivier Mimran

Le Centre Pompidou propose en parallèle une autre expo, « BD Reporters », où vingt-cinq auteurs décrivent leur expérience de globe-trotteur.