Festival d'Angoulême: Les premières irrévérences de Spirou

BD «20 Minutes» passe en revue des albums concourant dans la sélection officielle du prochain Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême (30 janvier au 02 février)...

Olivier Mimran

— 

® Y. Chaland & éd. Dupuis

Tragiquement disparu dans un accident de la route en 1990, le talentueux Yves Chaland n'aura pas eu le temps d'être récompensé -de son vivant- par le festival d'Angoulême. Peut-être le sera-t-il enfin à titre posthume cette année, puisqu'une réédition de sa version, culte, de Spirou concourt dans la sélection patrimoine. Une présence évidente, tant cet auteur, qui aurait aujourd'hui 55 ans et auquel un festival est personnellement dédié depuis 6 ans, continue à être encensé par une immense majorité d'amoureux du 9ème Art.

Graphiquement proche du Spirou de Jijé, voire de celui de Franquin (à ses débuts dans la série), le récit de Chaland s'inscrit dans cette «irréverence respectueuse» qui fut sa marque de fabrique. Car ce Maître de la ligne claire (ou était-ce du style Atome?) n'avait de cesse de parodier les dessinateurs de BD qu'il admirait le plus (Berni Wrightson, Hergé etc). Ainsi, son Spirou se rend en Urugondolo, au coeur de l'Afrique, pour retrouver le serviteur d'un vieil excentrique.

Jouant malicieusement avec les clichés du genre, Chaland met le groom aux prises avec des robots (tiens, tiens...), une redoutable multinationale et... d'anciens camarades d'enfance de Fantasio! Foutraque mais érudite, cette histoire préfigure la collectiion «Le Spirou de...» qui propose, depuis 2006, à des auteurs n'ayant rien à voir avec la série-mère de s'emparer, le temps d'un album, des personnages créés en 1938 par Rob-Vel.

Découpée en strips noir et blanc, dans un format à l'italienne, cette aventure a été réalisée en 1982 alors que Chaland faisait figure de tête de file du «renouveau» de la BD de l'époque (il travaillait alors pour le mensuel Métal Hurlant, au sein duquel il a fait l'essentiel de sa carrière). L'histoire lui avait été commandée par l'hebdomadaire «Spirou magazine», mais elle resta inachevée en raisons de dissensions éditoriales. D'abord piraté par des inconditionnels, puis publié dans des anthologies, ce récit bénéficie enfin d'un tirage à la hauteur de l'engouement qu'il inspire. Le livre est, en outre, agrémenté de documents graphiques inédits et d'un dossier évoquant la genèse de cette réalisation.

«Spirou par Yves Chaland», d'Yves Chaland - Éditions Dupuis, 22 euros