«Jusqu'ici tout va mal»: Le portrait de Hollande par la journaliste Cécile Amar rattrapé par l'actualité

LIVRE Publié mercredi chez Grasset, soit moins d'une semaine après les révélations de «Closer» sur la vie privée du président, le livre «bénéficie d'un accueil privilégié»...

Anaëlle Grondin

— 

François Hollande, le 3 décembre 2013.
François Hollande, le 3 décembre 2013. — LCHAM/SIPA

Des anecdotes et confidences, qui prennent aujourd’hui une résonance étrange. Cécile Amar a passé dix ans dans le sillage de François Hollande. Journaliste politique au Journal du dimanche, elle vient de publier Jusqu’ici tout va mal (Grasset), un portrait du chef de l’Etat. Le récit de Cécile Amar vient mettre en lumière sa personnalité «insaisissable».

Le livre paru mercredi est pris dans le tourbillon de l’actualité: Jusqu’ici tout va mal a rejoint les rayonnages des librairies moins d’une semaine après les révélations de Closer sur la vie privée du président de la République. Si le livre reste avant tout un livre politique, les événements récents vont très certainement susciter une curiosité particulière pour ce portrait.

«Demandes soutenues» 

«L’actualité fait que le livre a bénéficié d’un accueil privilégié, confirme à 20 Minutes Jean-Marc Levent, directeur commercial de Grasset. Les demandes sont soutenues.» Il nous indique que le livre a été tiré à 14.000 exemplaires mercredi et que Grasset est en train d’en réimprimer 8.000. Ils seront livrés au centre logistique de la maison d’édition vendredi.

L’attachée de presse qui s’occupe de la promotion du livre confie: «Cette actualité a fait que j’ai été extrêmement sollicitée dimanche et lundi.» Mais elle s’empresse d’ajouter: «Il n’y a pas un mot sur Julie Gayet. On ne veut pas surfer sur les révélations de Closer avec ce livre et envoyer Cécile Amar n’importe où pour en parler. On veut faire une promo cohérente avec un livre qui est un portrait de l’homme politique.»

Grasset espère un «avantage collatéral»  

Si les journalistes font évidemment le lien avec les interrogations autour de la vie privée du président, comme l’a fait Bruce Toussaint sur iTélé ce jeudi, par exemple, «c’est leur choix». A la journaliste ensuite de répondre aux questions en rapport avec les révélations de Closer ou non, estime Grasset.

Malgré ce discours, la maison d’édition ne cache pas «espérer» un «avantage collatéral sur les ventes du livre», sur lequel elle travaille «depuis l’an dernier».