Nelson Mandela expliqué aux enfants

Anne Demoulin

— 

Extrait de l'affiche-hommage avec un dessin inédit de Zaü qui sera diffusée à 2.000 établissements scolaires, bibliothèques et associations par les éditions Rue du Monde.
Extrait de l'affiche-hommage avec un dessin inédit de Zaü qui sera diffusée à 2.000 établissements scolaires, bibliothèques et associations par les éditions Rue du Monde. — Zaü/Editions Rue du Monde

Le décès de l’ex-leader sud-africain Nelson Mandela a suscité de nombreux hommages dans le monde. Alain Serres, auteur du livre pour enfants Mandela, l'Africain multicolor (Rue du monde, 17,50 euros), a expliqué à 20 Minutes pourquoi et comment raconter Nelson Mandela aux plus jeunes.

Rue du Monde va diffuser une affiche avec un dessin inédit de Zaü auprès de 2.000 établissements scolaires, bibliothèques et associations, pourquoi une telle initiative?

La maison d’édition Rue du monde, spécialisée dans les livres jeunesse, publie des ouvrages qui ont pour objectif de se poser des questions sur comment bien vivre ensemble. Nous avons publié beaucoup de livres sur le racisme et notamment un ouvrage sur Nelson Mandela, illustré par Zaü qui a obtenu le Grand Prix de l’illustration pour l’album. Il était d’une part naturel de lui rendre cet hommage, d’autre part nous souhaitons que cette affiche invite à discuter de Nelson Mandela en classe.

Pourquoi c’est important de parler de Nelson Mandela aux enfants?

C’est important de donner des repères aux enfants. Les héros ne sont pas très courants, les positifs encore plus. Il y a les sportifs et sinon les vedettes de la téléréalité sont les modèles. Les enfants ont souvent une image négative des hommes politiques, ce sont des tricheurs. A travers le parcours de Nelson Mandela, ils comprendront ce que c’est que le fondement de l’acte politique et retiendront plein de belles leçons de vie.  

Comment raconter aux enfants qui est Nelson Mandela?

Je crois qu’il faut rappeler aux enfants que ce vieux monsieur qui marche lentement à la télé a aussi été un gamin. Un enfant, né dans une tribu africaine,  qui aimait rigoler. Il se moquait de son père qui avait les cheveux blancs en se mettant de la cendre dans les cheveux. Un gamin comme les autres qui a été le premier de sa tribu à aller à l’école. Et qui y a découvert l’horreur de l’apartheid.  Il a été obligé de changer de prénom et de s’appeler «Nelson». Je crois que si l’on part de son enfance modeste, il est facile d’expliquer ensuite son combat, sa détermination, sa libération, etc.