Plainte d’Uderzo contre sa fille: Sylvie Uderzo dit avoir reçu «un choc terrible»

A.G.

— 

Sylvie Uderzo devant le Conseil des prud'hommes de Paris, le 16 mars 2009.
Sylvie Uderzo devant le Conseil des prud'hommes de Paris, le 16 mars 2009. — CAROLINE VENTEZOU / AFP

Le conflit familial qui a éclaté chez les Uderzo en 2007 autour d’un empire financier de dizaines de millions d’euros prend une nouvelle tournure cette semaine. Le dessinateur et scénariste de bande-dessinée, co-créateur d’Astérix, a annoncé lundi qu’il déposait plainte contre sa fille, Sylvie, et son gendre pour «violences psychologiques».  

«Ça m’a fait un choc terrible, c’était d’une extrême violence, surtout de voir mon père à la télévision, parler en des termes très durs», a déclaré Sylvie Uderzo sur Europe 1 ce mercredi matin. «Je sais très bien et pertinemment depuis le début de cette histoire que ce n’est pas de sa propre initiative. Je connais mon père, s’il avait des choses à me dire, il me les dirait en face», a poursuivi la fille d’Albert Uderzo.

Plainte pour «abus de faiblesse» 

Il y a six ans, Sylvie Uderzo et son mari Bernard de Choisy ont été remerciés par les éditions Albert René, en charge des albums d'Astérix conçus après le décès du coauteur René Goscinny. La fille d’Albert Uderzo avait déposé plainte en 2011 contre X pour «abus de faiblesse», accusant certains membres de l'entourage de son père, aujourd'hui âgé de 86 ans, de profiter de son état de santé pour influer sur la gestion de son œuvre et de sa fortune. Le père d'Astérix a toujours démenti être en état de faiblesse.