Geekopolis mise sur le financement participatif pour sa deuxième édition

Anaëlle Grondin

— 

La première édition du festival Geekopolis, en mai 2013.
La première édition du festival Geekopolis, en mai 2013. — Jason Rodier

En mai dernier, le festival Geekopolis ouvrait ses portes pour la première fois au Palais des Congrès Paris-Est Montreuil. Une manifestation créée par des geeks, grâce à leurs fonds propres pour débuter. Un peu plus de 9.000 passionnés d’univers fantastique, de comics, de nouvelles technologies, de jeux de rôles ou d’imaginaire y ont trouvé leur bonheur. «On a eu un très bon retour à la fois médiatique et de la part du public, c’était dithyrambique. Ça a été une réussite, mais le nombre de visiteurs était inférieur à ce que nous escomptions», confie à 20 Minutes Cyril Villalonga, l’un des initiateurs de Geekopolis, qui attendait 15.000 personnes.

Mais pas question pour ce passionné de baisser les bras. Pour proposer une deuxième édition au moins tout aussi réussie, il vient de lancer une page sur le site de financement participatif My Major Compagny, en espérant récolter 80.000 euros pour Geekopolis. Ce mercredi, des internautes avaient déjà donné un peu plus de 3.200 euros. Pour chaque contribution, ceux qui soutiennent le festival reçoivent quelque chose: un t-shirt Geekopolis pour 13 euros, un pass un jour à partir de 15 euros, un pass deux jours à partir de 35 euros, ou encore un dessin original dédicacé par Shinji Aramaki (Albator) pour 350 euros.  

«Une manifestation ça s’installe sur des années»

Les 80.000 euros ne permettront pas de financer le festival de A à Z. «Ce sera surtout une avance de trésorerie qui nous permettra de réserver la salle [le parc des Expositions de Versailles pour la prochaine édition] et de mettre en place l’événement. Est-ce qu’il sera viable économiquement? Rien n’est moins sûr, on fera le point pour la troisième édition», précise Cyril Villalonga. S’il persévère pour monter ce festival qui lui tient à cœur, il ne se fait pas d’illusions: «Une manifestation ça s’installe sur des années.»

Avant de se lancer dans le «crowdfunding», il s’est tourné vers les partenaires qui ont soutenu le festival cette année. Certains d’entre eux, dont le studio de jeux vidéo et l’éditeur de BD/manga/comics Ankama, ont accepté «d’intervenir un peu financièrement», explique Cyril Villalonga, «mais ce n’est pas suffisant pour les avances de trésorerie». 

Peu de place pour les exposants, priorité aux activités et ateliers

«Notre modèle économique est différent des autres manifestations. Une fois qu’elles ont vendu leurs stands aux exposants, c’est ok dans la plupart des cas, poursuit-il. A Geekopolis seulement 20% de l’espace est réservé aux stands de ventes, le reste est consacré aux activités et aux ateliers. Les gens viennent avant tout pour l’interactivité et l’immersion».

Si les geeks sont au rendez-vous, la prochaine édition de Geekopolis se tiendra les 17 et 18 mai 2014 à Porte de Versailles, a d’ores et déjà annoncé le festival sur My Major Company.