Agatha Christie sacrée reine du polar

J.M.

— 

L'écrivain britannique Agatha Christie, en 1974.
L'écrivain britannique Agatha Christie, en 1974. — Anonymous/AP/SIPA

The Crime Writers' Association a sacré Agatha Christie reine du polar. L’association britannique, fondée en 1953, a organisé pour ses soixante ans un sondage auprès de ses 700 membres, la plupart écrivains. Il en ressort que le meilleur écrivain de polars de tous les temps, c’est Agatha Christie (1890-1976), la romancière anglaise, dont les ouvrages se sont vendus entre deux et quatre milliards d’exemplaires dans le monde.

Elle a laissé à la postérité deux personnages: Miss Marple et Hercule Poirot. Ce dernier va d’ailleurs ressusciter l’an prochain, les héritiers de Agatha Christie ayant confié à l’écrivain Sophie Hannah la tâche d’écrire un nouveau roman avec Hercule Poirot. Une vraie résurrection, puisqu’Agatha Christie le fait mourir en 1975 dans Hercule Poirot quitte la scène.

«Le Meurtre de Roger Ackroyd», meilleur polar

Hercule est d’ailleurs le héros du Meurtre de Roger Ackroyd, que l’association a sacré meilleur roman criminel de tous les temps. Dans ce roman sophistiqué de 1926, [ATTENTION SPOILER], le narrateur n’est autre que le coupable du crime sur lequel enquête le détective belge. Dans la liste des concurrents pour ce sondage, il y avait également Le Silence des Agneaux de Thomas Harris et Le Grand sommeil de Raymond Chandler. Une troisième catégorie, meilleure série d’enquêtes, a été remportée par Sherlock Holmes, face à celles d’Adam Dalgleish par PD James ou de Peter Wimsey par Dorothy L. Sayers.

Un palmarès somme toute très britannique et finalement plutôt convenu. Qui chagrine même Maxim Jakubowski, l’un des membres de l’association, interrogé par le quotidien The Guardian. Selon lui, méritaient de figurer dans ouvrages dans la lignée du thriller Le Silence des Agneaux, avec la figure moderne du serial-killer, mais aussi des auteurs plus contemporains aux œuvres davantage marquées par des thèmes sociaux: Dennis Lehane, John Harvey, Walter Mosley ou encore George Pelecanos, qui avait aussi contribué à la série «The Wire» .