Pierre Lemaitre lauréat du prix Goncourt pour son roman «Au revoir là-haut»

A.G. avec A.L.

— 

Paris, le 4 novembre 2013 - Restaurant Drouant
Pierre Lemaitre est lauréat du prix Goncourt 2013 pour son roman "Au revoir là-haut"
Paris, le 4 novembre 2013 - Restaurant Drouant Pierre Lemaitre est lauréat du prix Goncourt 2013 pour son roman "Au revoir là-haut" — A. Gelebart / 20 Minutes

Fin du suspense ce lundi pour Lemaitre, Verger, Tuil et Toussaint, les quatre finalistes en lice pour le prix Goncourt 2013. Pierre Lemaitre a été proclamé au restaurant parisien Drouant 110ème lauréat du prix littéraire, qui suscite chaque année l’agitation médiatique la plus intense. Le jury présidé par Edmonde Charles-Roux, 93 ans, couronne ainsi son roman Au revoir Là Haut (Albin Michel), sur les démobilisés de la première guerre mondiale. Il raconte avec malice et noirceur le sort de deux rescapés abîmés de la Grande Guerre, Albert Maillard et Edouard Péricourt, qui se retrouvent dans une France plus soucieuse d'honorer ses morts que de s'occuper de ses survivants.

Une bonne nouvelle pour le polar et le «roman populaire»

Pierre Lemaitre, également en lice pour trois autres prix prestigieux, partait grand favori du Goncourt 2013. L'auteur a été choisi par le jury par six voix contre quatre à Frédéric Verger pour son premier roman, Arden (Gallimard). Venu du polar, l'écrivain de 62 ans signe avec Au revoir Là-Haut sa première incursion dans le roman «classique». Son livre, dans lequel le lecteur retrouve tous les ingrédients qui font le succès du polar, avait, dès la rentrée, conquis les libraires et les critiques.

A l'annonce du nom du lauréat ce lundi midi, l'agitation était à son comble au Drouant. Pierre Lemaitre, prévenu par téléphone quelques minutes auparavant, a dû braver les violentes bousculades à son arrivée au restaurant, bondé et rempli de caméras de télévisions, avant de pouvoir répondre aux questions des journalistes. «Je suis le plus heureux des hommes. C'est un moment unique dans la carrière d'un écrivain. C'est comme une naissance, un mariage heureux», a réagi le lauréat. «Venant du polar, je n'étais pas un candidat très naturel pour ce prix. Le roman populaire et le roman policier ont leur place au sommet des lettres. C'est une bonne nouvelle», a-t-il déclaré sur BFM TV. Il y a un mois, Pierre Lemaitre ne pensait pas remporter le prix prestigieux pour cette raison: «Vous avez vu un polar couronné par le prix Goncourt, vous?», avait-il fait remarquer au cours d'un entretien avec 20 Minutes.

Comme ses prédécesseurs, l'écrivain a remporté un chèque symbolique de 10 euros. Pierre Lemaitre a souri en le montrant: «Il vaut une fortune donc je le dédie à tous ceux qui m'ont aidé. Merci à l'académie Goncourt et à la presse qui m'a beaucoup soutenu». L'auteur est ensuite allé déjeuner.

«Si vous avez le prix Goncourt, c’est votre vie qui change»

Bernard Pivot, l'un des jurés Goncourt, a salué le lauréat, vantant «le mélange d'une écriture très cinématographique» dans ce «roman populaire, dans le bon sens du terme». Pierre Lemaitre «écrit à la fois lentement et vite, parce qu'il prend son temps pour raconter un geste ou une action mais avec des mots fulgurants», a-t-il ajouté.

Début octobre, Pierre Lemaitre confiait à 20 Minutes qu'il était «un peu stressé», ne pouvant «s'empêcher d'espérer». «Si vous avez le prix Goncourt, c’est votre vie qui change. A partir de ce moment-là, elle n’est plus la même jusqu’à votre mort, nous expliquait-il au Café Livres dans le 4ème arrondissement de Paris, où il a l'habitude de venir écrire. Un prix majeur vous fait basculer dans une autre catégorie. C’est comme un acteur qui a un Oscar. Il n’est plus le même après ça. Plus personne ne peut voir Jean Dujardin de la même façon. Même quand on regarde ses anciens films, du temps où il faisait de la télévision, on le regarde avec d’autres yeux. Personne n’est indifférent à ça.»

Près de 400.000 ventes à la clé

Pierre Lemaitre succède à Jérôme Ferrari. L’écrivain de 45 ans avait séduit les jurés du Goncourt l’an dernier avec Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud), titre inspiré d’un sermon prononcé par Saint-Augustin en l’an 410. Une histoire de deux copains qui plaquent leurs études pour ouvrir un bar en Corse et tenter de mettre en œuvre leur idéal.

Le Goncourt est le sacre suprême pour un romancier. Il assure à son lauréat la consécration, une excellente couverture médiatique et un tirage de près de 400.000 exemplaires.