Dany Lévèque : «La notation fait gagner du temps»

©2006 20 minutes

— 

Dany Lévèque, notatrice du ballet Preljocaj.

Comment avez-vous débuté ?

J'ai suivi les cours du Benesh Institute, à Londres, et Jean-Christophe Maillot m'a contactée pour chorégraphier « sur papier » l'entrée de la flamme olympique sur les Champs-Elysées, avec 8 000 personnes et une seule répétition...

Peut-on vivre de la notation ?

J'ai eu la chance de rencontrer Angelin Preljocaj, séduit par l'idée de conserver une trace de ses ballets.

Pourquoi y a-t-il si peu de notateurs ?

Les chorégraphes négligent le temps que ça leur ferait gagner. Je viens de remonter Les Jardiniers, un extrait du Parc. On ne l'avait pas revu depuis douze ans, je l'ai remonté en une demi-journée.