«Astérix chez les Pictes» séduit ses premiers lecteurs

BD Le nouvel Astérix fait l'unanimité auprès des lecteurs croisés ce matin dans les librairies...

Olivier Mimran
— 
«Astérix chez les Pictes» vient de sortir en librairie, le 24 octobre 2013.

«Astérix chez les Pictes» vient de sortir en librairie, le 24 octobre 2013.
 — CHARLOTTE GONTHIER/20 MINUTES

«C’est carrément trop d’la balle», apprécie Jules, un ado plongé dans le tout nouvel Astérix au rayon librairie d’une grande enseigne parisienne. «Il veut dire: c’est fantastix!», rigole son copain Hacine. Autour d’eux, de nombreux impatients semblent apprécier Astérix chez les Pictes, qu’ils dévorent à même la moquette.

Il faut dire que rarement album de bande dessinée aura été autant attendu. «J’aime bien la série, sans plus. Mais la presse nous bassine tellement avec ça depuis dix jours que je n’ai pas pu attendre», nous déclare Didier avant de passer à la caisse. Savamment orchestré par le groupe Hachette (qui possède les droits des éditions Albert-René), le buzz autour de la sortie du 35e volume de la série -créée, en 1959, par feu René Goscinny et Albert Uderzo-, atteint donc l’objectif escompté.

Un album toutes les cinq minutes

«C’est incroyable, ça part comme des petits pains. Depuis l’ouverture, on doit en vendre au minimum un toutes les cinq minutes», nous confie un des libraires. Et ça peut: cinq millions d’exemplaires sont mis en vente en europe, du quasi jamais vu!

Seule grande inconnue, les réactions au fait qu’Astérix soit confié à un nouveau duo d’auteurs: «Franchement, je leur tire mon chapeau. Graphiquement, on dirait vraiment du Uderzo. Et les quelques pages que j’ai parcourues me semblent dignes de l’Astérix de mon enfance», s’enthousiasme une maman qui sort du magasin avec quatre exemplaires sous le bras. «J’ai un mari et deux enfants, alors ce sera à chacun le sien!». À défaut de lutter contre les envahisseurs romains, le petit gaulois semble bien parti pour envahir les foyers français.