VIDÉOS. «La Belle et la Bête», un conte aux multiples versions qui continue de faire rêver

CULTURE L’épatante comédie musicale qui enchante Broadway arrive enfin à Paris ce jeudi soir. Le spectacle, que «20 Minutes» a pu voir mercredi soir, s'inspire du classique de Disney. Mais connaissez-vous les autres adaptations du conte?...

Anaëlle Grondin

— 

Jean Marais et Josette Day dans «La Belle et la Bête» de Jean Cocteau, sorti en 1946. 
 
Jean Marais et Josette Day dans «La Belle et la Bête» de Jean Cocteau, sorti en 1946.   — LIDO/SIPA

«C'est la fête! C'est la fête!  Service garanti impec'. Mettez votre petite bavette chérie… Et nous, on veille au reste!». Lumière, Big Ben, Gaston, la Belle et le prince transformé en horrible Bête par un sortilège s’installent à partir de ce jeudi soir au théâtre Mogador à Paris pour une comédie musicale grandiose. Pas de doute: le spectacle coloré aux décors bluffants, mis en scène pour la première fois à Broadway en 1994, est adapté de bout en bout du classique de Disney sorti en 1991. Avec quelques chansons inédites en bonus.

Le classique de Disney

L’adaptation de la même scène au théâtre Mogador

Toutefois, Walt Disney n’a pas été le premier à célébrer au cinéma le conte apparu pour la première fois en France sous la plume de Madame de Villeneuve en 1740, puis repris par Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, qui l’a popularisé quelques années plus tard. En 1946, Jean Cocteau signait un chef d’œuvre avec son adaptation du mythe sur grand écran. Le film, en noir et blanc et avec Jean Marais, n’a pas grand-chose à voir avec l’histoire choisie par Disney plus tard. Chez Cocteau, la Belle a des sœurs ignobles et égoïstes, qui l’ont transformée en domestique (un peu comme Cendrillon). Son conte de fée se termine également d’une manière très différente.

Si Disney et Jean Cocteau ont popularisé le mythe, saviez-vous qu’il y a eu d’autres adaptations de «La Belle et la Bête»? Sur le petit écran notamment. Le conte est devenu une série télévisée américaine diffusée sur La Cinq entre 1988 et 1991 avec Linda Hamilton (Terminator) et Ron Perlman (Clay de «Sons of anarchy»). La série, librement adaptée de l’histoire écrite par Madame Leprince de Beaumont, raconte l’amour impossible entre une avocate et un homme-lion.

Une version beaucoup plus récente parlera sans doute davantage aux adolescents. Le film Sortilège avec  Vanessa Hudgens («High School Musical») et Alex Pettyfer (Magic Mike),  est une réécriture contemporaine du classique. L’intrigue se passe dans un lycée où Kyle, le garçon le plus populaire, pêche par vanité. Un sortilège le transforme en monstre et il a un an pour se faire aimer malgré son apparence repoussante. On est loin, très loin, du chef d’œuvre de Cocteau.

Créée en 2011, la série fantastique américaine «Once upon a time» («Il était une fois») revisite aussi le mythe. Dans l’épisode 12 de la saison 1, la Belle, fiancée à Gaston, passe un marché avec la Bête pour assurer la protection de son village.

Le conte fait toujours rêver. En 2014, le cinéaste français Christophe Gans (Le pacte des loups) replongera le public au XVIIIème siècle avec sa propre adaptation de «La Belle et la Bête» sur grand écran. Dans le rôle de la Belle? Léa Seydoux, qui donnera la réplique à Vincent Cassel, dans la peau du monstre-prince.

Léa Seydoux et Vincent Cassel à l'affiche de La Belle et la Bête de Christophe Gans.

Guillermo Del Toro compte également s’approprier le mythe. Le créateur du Labyrinthe de Pan prévoit aussi d’adapter cette histoire d’amour spéciale. Emma Watson (Harry Potter) devrait interpréter La Belle. Pour le moment aucune date de sortie n’a été annoncée.