Banksy brade ses œuvres près de Central Park

CULTURE L'artiste de rue a vendu une vingtaine de toiles près de Central Park pour 60 dollars...

avec AFP

— 

Le stand installé par Banksy le week-end dernier près de Central Park à New York.
Le stand installé par Banksy le week-end dernier près de Central Park à New York. — Banksy.com

Banksy en résidence à New-York avec un projet appelé Better Out Than In («Mieux dehors que dedans» mais aussi «Plutôt ringard que branché») déborde d'imagination. L'artiste de rue, dont les œuvres peuvent atteindre aux enchères des centaines de milliers de dollars, a installé un stand samedi près de Central Park, pour vendre une vingtaine de toiles «authentiques et signées» pour... 60 dollars.

Et pour 420 dollars de plus

Mais l'artiste anglais, qui cultive son côté imprévisible, s'était bien gardé de prévenir les amateurs. Pas question non plus de briser le mystère sur son identité, Bansky est  resté invisible. Ses toiles, toutes en noir et blanc, étaient vendues samedi par un vieux monsieur assis sur une chaise pliante. Arrivé en fin de matinée, ce dernier ne vend rien pendant des heures. A 15h30, une femme enfin, lui achète deux petites toiles pour ses enfants en négociant une remise de 50%. Une demi-heure plus tard, une jeune femme de Nouvelle-Zélande en acquiert deux. Le vieux monsieur l'embrasse. Puis vers 17h30, c'est un jeune de Chicago qui cherche à décorer sa nouvelle maison, et «a juste besoin de quelque chose pour les murs». Il en achète quatre, ignorant apparemment la valeur de ce qu'il vient d'emporter. A 18 heures, le vieil homme remballe la plupart des toiles, qui n'ont pas trouvé preneur. Et la recette de la journée s'élève à seulement 420 dollars (309 euros). 

Une vente unique

«C'était une vente unique. Le stand ne sera pas là aujourd'hui», a précisé dimanche Banksy sur son site, annonçant la vente passée via une vidéo. Selon certains experts, les toiles vendues auraient une valeur de plusieurs dizaines de milliers de dollars. Dans une interview par email au journal de New York Village Voice, Banksy, dont les oeuvres mélangent humour et politique, a récemment expliqué son état d'esprit: «Je sais que le “street art” peut de plus en plus sembler la partie marketing d'une carrière d'artiste, j'ai donc voulu faire de l'art, sans prix. Il n'y a pas de galerie, ou de film, ou de livre. C'est inutile. Et j'espère que cela veut dire quelque chose».

L'artiste anglais, dont nul ne connaît avec certitude la véritable identité, révèle dans le cadre de Better Out Than In, chaque jour une nouvelle œuvre sur un mur quelque part dans la ville, ou une initiative originale, pour le plus grand bonheur de ses fans qui parcourent New York en tout sens pour aller les admirer.