Rentrée littéraire: Laura Kasischke envoûte avec son «Esprit d’hiver»

LITTERATURE La poétesse et auteure américaine revient avec un roman pétri d'étrangeté...

— 

 Laura Kasischke, auteur de «Esprit d'hiver».
 Laura Kasischke, auteur de «Esprit d'hiver». — U. Andersen / Sipa

En quelques livres seulement, elle a glissé son univers fantômatique dans les rentrées littéraires. Depuis a Suspicious River (1997, Christian Bourgois), au roman Les Revenants (Livre de poche), tous comme certains attendent le dernier Richard Ford ou le dernier Joyce Carol Oates, la poétesse et romancière américaine Laura Kasischke, 52 ans, a désormais un public français qui guette avec constance ses prochaines sorties.

Son dernier livre, Esprit d'Hiver (Christian Bourgois) consacre l'engouement. Le jour de Noël, Holly se retrouve seule pour les préparatifs avec Tatiana, sa fille adolescente, adoptée bébé dans un orphelinat sibérien. Tandis que le blizzard coupe la maison du Michigan reste du monde et de la famille, le comportement de Tatiana se fait de plus en plus étrange. La jeune fille change d'humeur, de tenue, s'enferme dans sa chambre puis ressurgit. Tandis qu'Holly a le pressentiment que «quelque chose» de maléfique les a suivi depuis leur séjour en Russie.

Décor américain, tourments intimes

Malaise, suspense, introspection... empruntant au thriller ou à la nouvelle fantastique sans s'y confondre, voilà un roman qui envoûte telle une angoissante magie. Quelques semaines après sa sortie, il est déjà classé dans le top 30 des meilleures ventes de romans (Livres-Hebdo)  «En librairie, il démarre encore plus fort que les précédents, le thème de l'adoption, des relations mères-filles touchent beaucoup de lecteurs», souligne Dominique Bourgois, éditrice chez Christian Bourgois. C'est elle qui a repéré l'écrivain il y a quelques années, impressionnée par «cette voix nouvelle» et l'a fait traduire en France. Sur un campus universitaire du Midwest, dans une maison du Michigan... Même si ses personnages évoluent dans un décor très américain, «elle touche à l'intime de chacun, cette part non-rationnelle, étrange, qui nous échappe dans le quotidien, les relations familiales. Ce pourrait être n'importe où, peu importe le cadre, on touche à l'essentiel».

 Brûlure de glace

Etrangeté et blessures intimes sont à l'oeuvre dans ce huis-clos d'un jour neigeux où une mère et sa fille se confrontent. Connaît-on vraiment les êtres que l'on aime le plus? L'amour est-il une évidence dans les relations parents-enfants? Au fil des pages, se déroule un face-à-face déroutant, tour à tour glacial et passionné, qui n'en finit pas de surprendre jusqu'à la chute finale.