Kev Adams interdit aux journalistes de venir à son spectacle à Cambrai, dans le Nord

A.G.

— 

BALTEL/SIPA

«Du jamais vu!», écrit La Voix du Nord. Le quotidien régional n’en revient toujours pas: du haut de ses 22 printemps, Kev Adams, qui jouait son nouveau spectacle à Cambrai dimanche, a fait un gros «caprice de star». «Après l’interdiction absolue de prendre des photos exigée il y a quelques années par Muriel Robin ou Julien Clerc, Kev Adams a fait dans la surenchère: interdire purement et simplement l’accès à son spectacle aux journalistes», s’insurge le journal.

Pourtant, l’humoriste préféré des ados avait donné une interview à La Voix du Nord dix jours auparavant. «Ignorait-il à cette date que toutes les places pour son spectacle étaient déjà réservées?», s’interroge le journaliste, qui parle d’«acte de despotisme» accusant Kev Adams de «bafouer» la liberté de la presse.

«Je n'y peux rien si vous vivez dans le trou du cul du monde!»

Après la publication de cet article, l’attaché de presse du jeune homme, mécontent, a appelé la rédaction cambrésienne du quotidien, qui relate la discussion dans un nouvel article. Le spectacle n’avait pas encore été joué à Paris, le secret de son contenu devait être gardé, argue-t-on aujourd’hui. «Tous les artistes pratiquent ainsi», se défend l'attaché de presse.

Ce à quoi le journaliste répond: «A Paris peut-être, mais en tout cas pas à Cambrai»... «Je n'y peux rien si vous vivez dans le trou du cul du monde!», aurait fini par rétorquer l'attaché de presse. Les Cambrésiens vont apprécier…

Face à la polémique, Kev Adams a réagi sur Twitter ce jeudi après-midi, expliquant qu'il ne cautionnait pas les propos de son attaché de presse: