Rentrée littéraire: Pour qui allez-vous voter?

LIVRES «20 Minutes» a sélectionné quatre romans aux sujets politiques...

Florence Floux, Annabelle Laurent, Anne Kerloc'h

— 

En haut: Tristan Garcia, Yannick Haenel. En bas: Marc Weitzmann, Pierre Mérot. 
En haut: Tristan Garcia, Yannick Haenel. En bas: Marc Weitzmann, Pierre Mérot.  — SIPA

La rentrée littéraire est aussi politique, et Montebourg, Pécresse ou Falorni n’en ont pas le monopole. En explorant les errements et dérives des extrêmes, à droite comme à gauche, mais aussi ceux de la «gauche caviar», quatre auteurs font de leur héros les porte-voix de partis fictifs… Demandez le programme.

Une matière inflammable, de Marc Weitzmann (Stock)

Le candidat. Frank Schreiber, journaliste médiocre issu d’une famille juive d’intellectuels du 16e arrondissement de Paris.
Le programme. Intégrer presque malgré lui ce milieu des «Juifs de cour» de gauche qu’il a passé son enfance à admirer et pour lequel il éprouve autant de fascination que de répulsion en devenant le nègre d’un ami de la famille qui y est bien introduit, et en couchant avec sa femme.
A élire si… Vous avez toujours rêvé de frayer avec Anne Sinclair et DSK, que vous avez un mépris profond du prolétariat et un goût prononcé pour les Illusions perdues de Balzac.

Faber, le destructeur, de Tristan Garcia (Gallimard)

Le candidat
. Mehdi Faber, un jeune orphelin arrivé à Mornay à l’âge de 8 ans qui va y devenir le leader révolté d’extrême gauche de toute une génération.
Le programme. Retrouver cette icône de jeunesse et lui faire payer les rêves de grandeur et de révolution qu’elle a instillés dans l’esprit de ses petits camarades, gâchant à jamais à leurs yeux l’avenir moyen et «normal» auquel ils étaient promis.
A élire si… Vous vous êtes toujours méfié des idoles et des leaders de toute sorte.

Toute la noirceur du monde de Pierre Mérot (Flammarion)

Le candidat. Jean Valmore, prof de lycée envahi de bile noire qui décide de recracher sa détestation du monde et de rejoindre l’extrême droite. Et pas à moitié: non seulement il prend sa carte au parti de «La Présidente» mais il rejoint une milice ultra. Ca commence mal, ça finira encore plus mal.
Le programme. Assumer d’être «une saine pourriture, (…) personne activement immorale», pousser un élève abruti à reproduire une fusillade de Columbine au Lycée, essayer différentes façons de faire disparaître des corps.
A élire si… Vous avez des envies de suicide, d’autodestruction, de destruction tout court. Si vous avez fait le pari de perdre tous vos amis (voire votre chien) en quelques jours.

Les renards pâles, de Yannick Haenel (Gallimard)

Le candidat: Jean Deichel, un Parisien de 43 ans qui a élu domicile dans sa voiture –«au début, juste pour rire»- rejoint un collectif de sans-papiers, les Renards pâles, du nom du dieu anarchiste des Dogon du Mali.
Le programme: Soutenir les sans-papiers en devenant l’un des leurs (votre carte d’identité partira en cendres) avant de vous fondre dans une foule d’humains masqués animée par l’esprit de la Commune et bien décidée à mettre le feu à la capitale.
A élire si… Vous n’êtes pas allergique au manifeste politique. Si la première partie est le journal d’un homme solitaire en perdition sociale, la seconde vire au pamphlet moralisateur.