Gaëtan Roussel, avis de grand vent sur la chanson française

MUSIQUE – L’ex-Louise Attaque revient avec un second album solo, Orpailleur…

Benjamin Chapon

— 

Gaëtan Roussel a sorti son deuxième album solo, Orpailleur, le 30 septembre 2013
Gaëtan Roussel a sorti son deuxième album solo, Orpailleur, le 30 septembre 2013 — Richard Schroeder

Avec sa dégaine d’échalas un peu raide, Gaëtan Roussel habite littéralement le titre du premier extrait de son nouvel album, «Eolienne». Loin de brasser de l’air pour rien, le chanteur est une source d’énergie considérable.

Quatre ans après un premier album solo, Ginger, acclamé par le public et couvert de prix dont une Victoire de la Musique, Gaëtan Roussel sort Orpailleur, un nouvel album contradictoire. Il y renoue avec une certaine tradition de la chanson française en même temps qu’il lui met un vent.

Construire des ponts

Pour autant, ceux qui ont découvert Gaëtan Roussel avec la pop dansante et colorée de Ginger seront heureux d’en retrouver plusieurs éléments. Notamment son énergie solaire et un goût pour les répétitions de gimmicks.

«J’aime construire des ponts plutôt que de tout renverser d’un revers de main, explique Gaëtan Roussel. Je suis obnubilé par le mouvement et comme je suis quelqu’un de tendu, je me remets toujours en cause. Je ne veux pas exploiter un pseudo-savoir-faire mais je ne trahirai pour autant jamais ma volonté de faire des chansons à mélodies fortes.»

Louise contre-attaque

C’est sa volonté de mouvement qui avait conduit Gaëtan Roussel à rompre violemment avec l’héritage de Louise Attaque pour son premier album sous son nom. «Le succès de Louise Attaque m’a longtemps intimidé pour faire d’autres choses. Le jour où j’ai trouvé le courage, j’ai décidé de partir dans une direction opposée. La langue anglaise me permettait ça.»

De cette escapade anglophone, le compositeur est revenu plus riche. «J’ai toujours aimé les mélanges mais désormais ils ne me font plus peur.» La preuve avec sa méthode d’écriture. Gaëtan Roussel a pioché dans d’anciens textes de Pierre-Dominique Burgaud pour composer ses propres chansons. «Ça m’a permis de vivre l’écriture d’une nouvelle manière, à quatre mains autour d’un texte. Il y avait un côté expérience de laboratoire qui a élargi mon vocabulaire. Au sens propre parfois.»

Trop agréable pour être honnête

«J’ai toujours travaillé dans le doute. Comme c’était agréable de faire cet album, je me sentais un peu coupable de ne pas avoir assez peur.»

A partir de cette collaboration, Gaëtan Roussel a construit le vivier d’un nouvel album où les textes, en français, ont à nouveau une place de choix. «Cette fois, je n’ai pas pris anglais première langue. Naturellement, mon goût des mots et des belles phrases est revenu. Mais différent.»

Mots-clés :

Aucun mot-clé.