Cinq choses à connaître sur la fin de «Breaking Bad»… sauf la fin

Benjamin Chapon

— 

Bryan Cranston interprète Walter White dans le dernier épisode de la série «Breaking Bad»
Bryan Cranston interprète Walter White dans le dernier épisode de la série «Breaking Bad» — AMC

C’est fini. «Breaking Bad» a tiré sa révérence en beauté dimanche soir aux Etats-Unis où a été diffusé le dernier épisode de la cinquième et ultime saison. Les réactions à chaud sont dithyrambiques. Voilà ce que l’on peut vous dire sans révéler le contenu dramatique de cet épisode historique. Garanti sans spoilers.

Elle est réussie

Même si vous suivez à la lettre nos conseils pour ne pas vous dévoiler la fin de la série par inadvertance, et à moins de vivre dans une yourte en pleine steppe, vous n’échapperez pas au concert de louanges que reçoit Vince Gilligan, créateur de «Breaking Bad, pour la manière dont il a imaginé la fin de sa série. Les fans, mais aussi les stars, ont crié leur chagrin et leur émotion devant ce final très réussi.

Elle a plu aux fans déçus de «Lost»

Sans doute parce qu’il y a de l’intensité et une vraie fin, l’épisode final de «Breaking Bad» a réveillé la douleur de certains fans déçus par les «finales» d’autres séries comme «Friends», les «Sopranos» ou, plus récemment «Lost» et «Dexter». Damon Lindelof, scénariste de «Lost» a ainsi été assailli de tweets vengeurs, voire insultants, lui enjoignant de regarder l’épisode pour apprendre comment on peut finir en beauté une série. Le scénariste a d’ailleurs retweeté avec humour une bonne partie de ces messages.

Tout est dit

C’est l’un des moments forts, sinon le plus fort de cet ultime épisode: Walt face à sa femme qui lui explique pourquoi il est devenu un trafiquant de drogue. Le New York Times note qu’une seule chose reste insoluble à la fin de cette ultime saison: la raison pour laquelle Walter White a quitté l’entreprise qui aurait pu le rendre riche et célèbre. De cette décision est né son destin de prof de chimie, et sans doute une part de la frustration qui engendrera le monstre Heisenberg, son double maléfique. Plutôt que d’y voir un manque, les analystes jugent que cela permet au personnage de garder une aura mystérieuse.

On ne sait pas qui est «Felina»

Différentes théories ont circulé quant au sens à donner au titre de cet ultime épisode, «Felina». L’une des plus populaires notes que «Felina» est l’anagramme de «Finale». Cette explication se heurte à un écueil: il n’y a aucun personnage prénommé Felina dans cet épisode et donc aucune raison à cet anagramme.

L’autre explication, plus tordue mais bien dans l’esprit de la série, signale que «Fe», «Li» et «Na» sont les symboles des éléments chimiques Fer, Lithium et Sodium.

Le fer, contenu dans le sang, le lithium qui est la base de la méthamphétamine, la drogue de synthèse que fabrique Walter White avec génie, et le sodium présent en grande quantité dans les larmes. Du sang, de la drogue et des larmes. Voilà «Breaking Bad» bien résumé. 

La scène finale est d’une beauté prodigieuse

On ne peut évidemment rien en dire, mais la scène finale restera dans les annales. En attendant de la voir, vous pouvez écouter la chanson qui l’accompagne, Baby Blue, du groupe Badfinger.