Un opéra qui en met plein les yeux

©2006 20 minutes

— 

L'intérêt principal d'Aïda-Monumental opéra en feu est de faire appel aux effets spéciaux. « C'est un moyen de faire un trait d'union entre l'opéra classique et un public qui n'a jamais eu l'occasion d'assister à ce genre de spectacle. Aïda s'imposait puisque c'est l'opéra monumental par excellence et qu'il est l'un des plus connus au monde », explique Joseph Rochlitz, le metteur en scène. Même si l'opéra de Verdi, créé en 1871, est fidèlement respecté, les mélomanes ne seront pas à la fête : ce spectacle fait plutôt la part belle à la pyrotechnie, aux projections animées, le tout sur scène mouvante. D'ailleurs il y a presque autant de techniciens (174) que d'artistes (200).

O. Dupont

Mardi et mercredi à Paris-Bercy, le 25-11 à Lille, le 13-12 à Lyon, le 21-12 à Nantes.