Près de 200 auteurs attendus ce dimanche en Touraine à la Forêt des livres

FESTIVAL Près de 200 auteurs sont attendus dimanche dans le village de Chanceaux-près-Loches en Touraine pour la 18e édition du festival La Forêt des livres...

Charlotte Murat avec AFP

— 

Gonzague Saint-Bris, fondateur et président de la Forêt des livres, dans son lit de lecture, à Chanceaux-près-Loches.
Gonzague Saint-Bris, fondateur et président de la Forêt des livres, dans son lit de lecture, à Chanceaux-près-Loches. — ALAIN JOCARD / AFP

Fondé par Gonzague Saint-Bris en 1995, le festival La Forêt des livres a lieu dimanche. Rendez-vous du dernier dimanche d'août, il réunit des écrivains, des hommes politiques et des gens du spectacle. 

«Nous avons un public de concert pop pour des signatures de livres. L'an dernier, 60.000 visiteurs sont passés. La Forêt des livres est devenue l'avant-première nationale de la rentrée littéraire», se félicite Gonzague Saint-Bris, président et fondateur de l'événement, pour qui «la culture est la seule richesse qui augmente en période de crise. Un livre c'est un ami qui vous aide à vivre».

Des écrivains et des personnalités médiatiques

Yann Queffélec, Jean-Claude Carrière, Irène Frain, Jean-Paul et Raphaël Enthoven, Mazarine Pingeot, Jean-François Kahn ou encore Nadine Trintignant ont prévu de dédicacer leurs œuvres sous les arbres centenaires du village de 150 habitants.

Des personnalités devenues auteurs comme l'animateur Michel Drucker, qui viendra parler de son prochain livre, la chanteuse Line Renaud, les acteurs Richard Bohringer, Francis Huster, Jean-Pierre Marielle, Frédéric Diefenthal ou le chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus côtoieront des écrivains de talent moins connus.

Edgar Morin invité d'honneur

«Le public vient voir des personnalités qu'il aime mais découvre ensuite de jeunes auteurs. C'est l'un des objectifs de la manifestation», précise Gonzague Saint-Bris, qui remettra en fin d'après-midi les lauriers verts de la Forêt des livres. Karine Tuil doit recevoir le Prix du roman pour L'invention de nos vies (Grasset, 20,90 euros), Marie Darrieussecq le Prix écriture pour Il faut beaucoup aimer les hommes (POL, 18 euros), Diane Ducret, le Prix du premier roman pour Corpus Equi (Perrin, 14,50 euros) et Christophe Ono-dit-Biot le Prix de la rentrée pour Plonger (Gallimard, 21 euros).

Après Jean-Marie Rouart en 2012, l'académicien René de Obaldia préside cette 18e édition dont le sociologue Edgar Morin est l'invité d'honneur.

Le président de la République François Hollande, sollicité pour venir, a adressé un courrier dans lequel il salue l'engagement de l'organisateur «en faveur d'une culture du partage qui contribue à promouvoir la création littéraire et à dynamiser nos territoires ruraux».

Pour un petit aperçu de l'ambiance qui règne dans ce festival, rendez-vous par ici: