Stromae: Les origines du succès de «Racine Carrée»

Joël Métreau

— 

Le chanteur Stromae.
Le chanteur Stromae. — Dati Bendo

Au mois de juillet dernier, le Belge Stromae, 28 ans, présentait, l’air un peu angoissé, son nouvel album à la presse. Il n’avait pas encore de titre. Une couv des Inrocks et une autre de GQ France plus tard, l’album est sorti ce lundi, avec un nom (Racine carrée) et une ascension directe en tête des ventes en France sur iTunes comme sur Amazon. Un succès mérité, mais aussi travaillé.

Maître des réseaux sociaux

Stromae a très bien compris Internet. Par exemple en égrenant régulièrement des leçons de vie cocasses sur YouTube. Ces dernières contenaient d’ailleurs deux morceaux de son futur album: la leçon numéro 24, sur une gondole à Venise présentait «Tous les mêmes». Et la leçon 23, dans un supermarché, le vibrionnant «Humain à l’eau».

Mais c’est surtout le coup de génie de marketing de «Formidable» qui illustre sa maîtrise de la viralité. Rappelez-vous, le 22 mai dernier, plusieurs vidéos sont postées sur YouTube où on le voit ivre et hagard près d’une station de tramway. «Stromae bourré à Bruxelles»! Pas vrai? Les vidéos tournent, les coms pleuvent. Quelques jours plus tard, le chanteur poste une vidéo qui surprend tout le monde. Il s’agissait du tournage en caméra cachée de «Formidable», premier single de l’album, témoignage d’un mec «fort minable» qui s’est fait larguer par sa copine la veille.

D’ailleurs sur Racine carrée, la chanson «Carmen» s’inspire des réseaux sociaux et des rapports futiles qu’ils engendrent. Il y décline le vocabulaire 2.0, de Twitter aux «Like» en passant par le hashtag. Stromae confiait: «C’est un morceau qui m’est venu après une discussion avec le rappeur Orelsan», autre observateur acide de la société.

Vrai caméléon

On pourrait le perdre de vue dans les motifs kaléidoscopiques de ses chemises. Car Stromae est lui-même un caméléon, capable d’investir plusieurs personnalités. Dans «Tous les mêmes», il se fait l’écho d’une femme qui quitte son mec infidèle et dans le clip (la leçon 24) qui l’accompagne, il n’hésite pas à exploiter son physique androgyne pour la chanter.

D’ailleurs comme il l’exprime dans «Bâtard», le chanteur d’origine belgo-rwandaise ne veut surtout pas choisir. Dans «Racine carrée», les paroles sont autant remplies d’expressions à tiroir et de chausse-trappes, très grinçantes. «Mais oui on se connait bien / T'as même voulu te faire ma mère hein? / T'as commencé par ses seins / (…) / Et tu aimes les petits enfants  / Décidément rien ne t'arrête toi», tutoie-t-il ainsi le cancer dans le poignant «Quand c’est?».

Danser sur la tristesse

Racine carrée est ainsi traversé par des paroles sombres qui gardent le sourire. Le sémillant «Moules frites» raconte un amour pour les mytiloïdes aux pommes de terre qui s’achève au cimetière. Tout le monde veut faire «Ta fête», mère et juge compris. On est dans le prolongement de la même histoire belge de Stromae. En 2010, «Alors on danse » était tube de l’été, et toute l’Europe dansait sur le divorce, les huissiers et la créance. «J’ai grandi, les thèmes ont changé depuis le premier album, ils sont plus adultes». Quand même, le morceau «Papaoutai» a réussi à nous faire bouger sur l’absence de père.

Mix musical, afro, hip-hop et électro

On va se bouger puisque l’album est comme son premier, très dansant. Cheese avait gagné la Victoire de l'album de musiques électroniques en 2011.  Racine carrée mélange les sonorités afro, le hip-hop, et l’électro. Même des airs de morna, avec «Ave Cesaria», qui rend hommage à la chanteuse cap-verdienne Cesária Evora décédée en 2011.  «Je suis un grand fan de la diva aux pieds nus, que j’avais vue une fois au Festival Sakifo, à La Réunion, raconte Stromae. J’ai fait appel à un guitariste qui avait travaillé avec elle sur Miss Perfumado.»

L’Afrique encore, mais celle du continent, est rappelée par l’usage de la kora sur «Bâtard». Même pour «Formidable», Stromae s’était déclaté inspiré par le morceau «Ancien combattant» interprété par le chanteur congolais Zao.

Sur Racine carrée, on trouve aussi du rap pur et dur («AVF» avec les poids lourds français Maître Gims et Orelsan), de la house lancinante (l’instrumental «Merci»), ainsi qu’un soupçon de classique. «Carmen» adapte l’air de L'amour est un oiseau rebelle. «Il y a un côté très reggae dans le morceau de Bizet», note Stromae. Sans blague.