«Hilda» ou le vampirisme domestique

©2006 20 minutes

— 

« Hil-da ». C'est en prononçant ces deux syllabes qui l'obsèdent que Madame Lemarchand décide d'engager cette « femme de peine qui aura la chance de servir chez des gens de gauche ». Cousine éloignée des Bonnes de Jean Genet, Hilda est au théâtre du Rond-Point (Paris 8e) jusqu'au 25 novembre dans une mise en scène de Christophe Perton.

Extrêmement corrosive, la pièce de Marie NDiaye (Prix Femina en 2001) démarre sur les rapports de classe avant de glisser peu à peu vers le vampirisme et la névrose obsessionnelle. Qui, d'Hilda ou de Madame, a véritablement besoin de l'autre ? Avec une bande-son angoissante et de beaux effets visuels suggérant le fantasme, la mise en scène souligne délicatement la menace qui sourd. D'autant plus inquiétante qu'elle émane d'une apparente banalité sociale.

Charlotte Lipinska