Quand la Patrouille de France double le prochain Disney

Alexandre Sulzer

— 

Des pilotes de la Patrouille de France enregistrent des voix de Planes, dessin animé de Disney
Des pilotes de la Patrouille de France enregistrent des voix de Planes, dessin animé de Disney — CB/Disney

Le pilote de la Patrouille de France s’approche du micro et lâche, concentré : «Virez sur la gauche cap 1-9-5, vous êtes autorisé à la procédure ILS 22 droite.» Devant lui, sur un écran géant, vole Dusty, petit avion agricole au grand cœur et héros de Planes, le prochain dessin animé de Disney qui atterrira sur nos écrans le 9 octobre.

Entre deux meetings aériens et les répétitions pour le 14 juillet, les pilotes de la Patrouille de France se sont posés un après-midi dans un studio d’enregistrement de Saint-Denis. Avec une mission bien différente de celles habituelles: doubler certains personnages secondaires, et notamment les voix radio, du film d’animation qui met à l’honneur les avions. Des pilotes de l’équipe de voltige de l’armée de l’air sont venus en renfort pour faire les voix de la version française.

Disney fier de son idée

«J’ai pris contact avec l’armée il y a six mois, raconte Boualem Lamhene, directeur créatif chez Disney qui a déjà travaillé sur Cars. Je voulais qu’ils apportent de la crédibilité, de l’authenticité. Je suis très fier de mon idée.» Ses collègues espagnols de chez Disney aimeraient d’ailleurs la copier avec la patrulla  Aguila, l’équivalent ibérique de notre Patrouille nationale. Dans la version américaine, si des pilotes ont bel et bien été consultés comme conseillers pour l’animation, aucun n’est intervenu dans le doublage. Seuls Val Kilmer et Anthony Edwards, héros de Top Gun, ont été mis à contribution. En clin d’œil au film de Tony Scott.

Un dessin animé qui correspond à l’image de la Patrouille

Pour le capitaine Yannick Quichaud de la Patrouille de France, «l’idée de Disney était séduisante». «Nous célébrons les 60 ans de la Patrouille, c’est une année de rayonnement pour nous. Participer à Planes, c’est mettre en avant un film hyper ludique sur l’aéronautique. Cela correspond à l’image populaire et festive de la Patrouille.» Et de préciser: «On ne l’aurait pas fait si le film faisait la promotion de l’US Air Force». Dans la version française, Dusty va même aller jusqu’à dire: «Oh la Patrouille de France» en apercevant des avions comparables aux Alpha Jet, les célèbres avions de ladite Patrouille qui crachent des fumées tricolores.

«Nous avons apporté notre concours sur la phraséologie», complète le capitaine Philippe Castagnet, leader solo suppléant de la Patrouille. Des formules ont été modifiées à la demande des militaires pour apporter plus de réalisme. «Qui d’autre que nous peut avoir un avis très aigu sur le texte?», interroge celui qui a adoré l’exercice. «C’est un vrai travail d’interprétation, il faut forcer la voix, faire vivre le texte, trouver la bonne intonation tout en lisant. Par exemple, lors de situations d’urgence, il faut que nos interventions soient plus musclées.» «Et puis, poursuit-il, notre mission, c’est de susciter des vocations pour l’armée de l’air. En touchant un jeune public, nous sommes au cœur de notre mission.»