Tentative dingo au Ranelagh

— 

 
  — no credit

L’intérieur boisé et baroque du théâtre du Ranelagh est actuellement chahuté par un spectacle haut en couleur. Tentative d’opérette en Dingochine dévoile avec humour les dessous d’une répétition du « Pays du sourire », œuvre de Franz Lehar.

« Ca va finir par ne pas commencer », nous explique le directeur des répétitions dès le début de la pièce. L’on s’inquiète : le pianiste ne parvient pas à se réveiller, le piano fuit de manière incongrue et la soprano, un des rôles principaux, est en retard. Lorsqu’elle arrive sur scène, rien ne s’arrange vraiment. « Dites tout de suite que je suis une emmerdeuse ! ». L’on n’aurait pas osé mais puisque la pseudo princesse de Hongrie le suggère elle-même, lançons-nous : la voix haut perchée de la diva agace d’abord.

Puis les chants s’élèvent dans les volutes du théâtre à mesure que l’histoire se dévoile : l’ambassadeur de Chine se rend à la cour de Vienne où il rencontre la princesse de Hongrie. Touché par son charme, il prie la princesse de l’accompagner dans son pays. L’enchaînement des scènes est aussi loufoque que l’histoire elle-même qui regorge de rebondissements. Parfois peu convaincants, ces derniers gagnent en dynamisme grâce à la pétillante Brigitte Faure, dans le rôle secondaire de la sœur de l’ambassadeur, Mi. Les acteurs parviendront-ils à s’entendre ?

L’on se laisse finalement entraîner dans cette répétition qui bon an, mal an est menée à son terme… Si quelques longueurs et quelques gags peu productifs émaillent la pièce, les chants, les notes mélodieuses de Joseph Kapustka au piano et la mise en scène qui, durant les trente dernière minutes, se glisse dans les couleurs et les décors de l’Orient, parviennent tout de même à distraire les spectateurs.

Caroline Sainsard

Auteur : Serge VALLETTI
Artistes : Jean-Pierre DESCHEIX, Brigitte FAURE, Alyssa LANDRY, Jean-Paul AUDRAIN, Josef KAPUSTKA au piano.
Metteur en scène : Alexandre RIBEYROLLES.

Pièce jouée du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 17h.
Théâtre Le Ranelagh, 5 rue des Vignes, Paris 16è.