Le métal, musique d’outre-tombe?

Benjamin Chapon

— 

Le groupe Blackrain
Le groupe Blackrain — A. GELEBART / 20 MINUTES

 Vendredi s’ouvre à Clisson (Loire-Atlantique) le Hellfest, incontournable rendez-vous des fans de «musiques extrêmes». Sous cette étiquette fourre-tout se cache une multitude de styles musicaux allant du hard rock bon enfant aux plus brutales tendances du métal. Quoi qu‘il en soit, l’atmosphère du festival est régulièrement saluée comme l’une des plus conviviales des festivals estivaux.

«Je mets au défi quiconque de venir au Hellfest et de ne pas s’y sentir bien accueilli, explique Jérôme. Ça fait dix ans que je viens avec des amis qui n’écoutent pas de métal et ils ont toujours adoré venir. Je ne comprends pas pourquoi la métal a une image de musique de spécialistes.»
 
Le métal est-il une langue morte?
 
Les retours récents de groupes tels que Black Sabbath ou Iron Maiden ont en outre renforcé l’idée d’un genre musical tourné vers son glorieux passé. «Mais c’est archi faux, s’emporte Karim, adepte du Hellfest et de métal depuis ses 14 ans. C’est un genre musical très vivant. Il y a des codes, bien sûr, et il y a des groupes mythiques, comme dans n’importe quel style de musique. Mais ça ne veut pas dire que c’est un genre figé.»
 
«Pourquoi vous ne demandez pas à Bénabar si la chanson est morte? Ou à Johnny si le blues c’est un truc de vieux?» Bruno, cinquantenaire encore fringant après «40 ans de militantisme pro-hard», explique que le métal souffre de préjugés à cause d’une minorité, très visible, de fans qui se déguisent et «saoulent leurs amis avec leur passion à longueur de temps. Ils donnent au métal l’image d’une musique de spécialistes mais au Hellfest, il y a plein de festivaliers qui ne savent pas faire la différence entre du doom et du black métal. Et pourtant ils s’éclatent.»
 
Le métal en fusion
 
Du côté des groupes aussi, les étiquettes perdent peu à peu de leur importance. «On n’aime pas les catégories. On dit qu’on fait du rock», répondait le groupe Blackrain à un internaute de 20 Minutes qui leur demandait s’ils étaient plutôt heavy métal ou glam rock lors d’un chat à la rédaction.
 
«Dans le rock il y a une tendance depuis dix ans au mélange des genres, avec le hip-hop et l’électro notamment, résume Bruno. Mais on ne dit jamais que ce sont les groupes de métal et de hard rock qui ont les premiers opérés le rapprochement avec le rap. Pour un ou deux tarés nazis qui s’habillent en noir et vantent les mérites d’un métal "génétiquement pur", il y a mille fans de hard rock très ouvert musicalement.»