Les disquaires demandent des mesures d'urgence à Aurélie Filippetti

avec AFP

— 

Les disquaires indépendants et les enseignes culturelles ont adressé ce jeudi une lettre ouverte à la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, réclamant des mesures d'urgence pour le secteur durement touché par la crise du disque et le développement du commerce de musique sur Internet.

Le Calif (disquaires indépendants) et la SDLC (enseignes culturelles, dont Cultura, Chapitre, Furet du Nord...) demandent la mise en place d'un crédit d'impôt et de mécanismes d'aides pour soutenir la diversité des stocks dans les magasins et leur maintien à moyen terme.

Encadrement des usages commerciaux

Ils demandent également à la ministre d'«aider les performances d'artistes réalisées chez les disquaires en permettant aux disquaires d'être éligibles à une partie des aides issues de la copie privée, qui aujourd'hui ne sont disponibles qu'aux seuls producteurs».

Ils souhaitent aussi un encadrement des usages commerciaux en vigueur «pour redonner une cohérence au prix du disque qui à force de soldes à répétition est devenu incompréhensible pour le public».

«Immobilisme» de la filière musicale

Les signataires dénoncent «l'immobilisme» et le «manque d'unité» de la filière musicale et déplorent la «disproportion gigantesque» entre les aides à la production phonographique celles à la diffusion physique du disque.

Il estiment que, malgré la crise du disque, «la vente physique de musique enregistrée continue d'avoir un avenir» et jugent que le réseau national des disquaires est «indispensable pour l'accès du public à la diversité musicale», pour «la survie économique de la filière musicale» et «l'animation commerciale des territoires».