Des clichés d'humanité

©2006 20 minutes

— 

« Le coeur dans les yeux », c'était la formule du poète Philippe Soupault pour désigner le travail des photographes humanistes. De Ronis à Boubat en passant par Doisneau et Brassaï, la BNF (Paris 2e) rend hommage à ce courant d'après-guerre (1945-1968)* qui a focalisé son attention sur l'être humain. « Le public aime la photo humaniste, même si les critiques lui reprochent son côté “amélipoulinesque” », explique la commissaire Laure Beaumont-Maillet. Certes, quelques clichés, souvent commandés par la presse ou l'édition, peuvent sembler mièvres. Mais d'autres images, dont celles de Charbonnier ou de Lattes, s'attardent sur des problèmes sociaux comme la difficulté à trouver un toit à la fin des années 1950.

Jeanne Dréan

* Du 31/10 au 28/01.