Le «Mécanhumanimal» d'Enki Bilal investit le Musée des Arts et Métiers

BD L'esthétique d'un des maîtres de la bande dessinée d'anticipation se fond à merveille dans ce haut-lieu de la créativité humaine...

Olivier Mimran

— 

Une des œuvres de Enki Bilal lors de l'exposition «Mécanhumanimal» au musée des arts et métiers à Paris le 3 juin 2013.
Une des œuvres de Enki Bilal lors de l'exposition «Mécanhumanimal» au musée des arts et métiers à Paris le 3 juin 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Le Musée des Arts et Métiers de Paris apprécie décidément la bande dessinée : après avoir confié au dessinateur François Schuiten la décoration de la station de métro (du même nom) qui le dessert, cet antre de la créativité accueille Enki Bilal du 4 juin au 5 janvier 2014.

Lire l'interview qu'Enki Bilal a accordé à 20 Minutes à propos de «Mécanhumanimal»

Des «créations de la folie humaine»

Serge Chambaud, le directeur de ce musée qui conserve des machines, modèles, et dessins des 19e et 20e siècles, se félicite de «voir des objets à vocation technique enfin liés à l'art». De fait, si la démarche est inédite, elle apparait aussi évidente tant l'univers artistique d'Enki Bilal fait écho aux «créations de la folie humaine» -comme les surnomme affectueusement l'artiste- ici présentées. Au point qu'il s'est autorisé à fusionner ses dessins à de vieux mécanismes, ou à «réinventer» un usage à ces derniers.

L'Art du détournement

Ainsi, un émetteur de radium -nocif, mais auquel on soumettait jadis des patients souffrant d'un problème de peau !- devient un «provocateur de beauté enrichi». Un appareil à ventouses destiné à nettoyer la Pyramide du Louvre est rebaptisé «Sangsue-dessous de mise en ordre». Un vieux pulsomètre, qui utilisait la force d'expansion de la vapeur pour élever l'eau, devient un «inhalateur-remugleur d'émanations volatiles». Et dans un souci de perfectionnisme, Bilal -à qui le Musée a donné libre-accès à sa collection- a même préféré un télécinéma de 1930 à un vidéo-projecteur moderne pour projeter ses propres créations sur les murs et le sol de l'exposition.

Face aux boulons, les bulles

Que les fans du créateur de la trilogie Nikopol se rassurent, l'exposition «Mécanhumanimal» présente aussi une centaine de planches originales -dont cinq inédites- de leur idole, réparties en cinq thématiques: «Passions humaines», «Animaux», «Rêves de machines», «Conflits et planète» et «Monstres et hybrides». Ainsi, si l'exposition se fond formellement dans le lieu qui l'abrite, elle demeure avant tout une vitrine pour l'œuvre, incroyablement riche, d'un créateur hors-norme. Captivante pour les adultes, Mécanhumanimal passionnera aussi le jeune public, à l'attention duquel des ateliers créatifs seront organisés pendant les vacances scolaires.

« Mécanhumanimal, Enki Bilal au Musée des arts et métiers », du 4 Juin 2013 au 5 Janvier 2014 au Musée des Arts et Métier