Les premiers pas du Pavillon Noir

©2006 20 minutes

— 

Le Centre chorégrahique national d'Aix-en-Provence-Ballet Preljocaj inaugurera les festivités 2006 avec trois chorégraphies du Franco-Albanais Angelin Preljocaj deux duos "Annonciation" et "Centaures" et "Noces" sur la musique de Stravinsky.
Le Centre chorégrahique national d'Aix-en-Provence-Ballet Preljocaj inaugurera les festivités 2006 avec trois chorégraphies du Franco-Albanais Angelin Preljocaj deux duos "Annonciation" et "Centaures" et "Noces" sur la musique de Stravinsky. — Dominique Faget AFP/Archives

Depuis les grandes baies vitrées, la lueur des écrans vidéo nimbe la rue comme si les locaux du nouveau Centre chorégraphique national (CCN) d'Aix-en-Provence ne faisaient qu'un avec la ville. Tandis qu'en contrebas la fête d'inauguration bat son plein, le regard du passant plonge directement dans la vie du Ballet Preljocaj, l'une des compagnies de danse françaises les plus connues à l'étranger. Au-dessus, aux fenêtres des deux étages de studios, se découpent jusque tard le soir les silhouettes des danseurs travaillant comme suspendues dans le ciel du quartier Sextus Mirabeau, en pleine restructuration. Dans la douceur humide de cette nuit aixoise battue par le vent, le Pavillon Noir n'a plus rien du bloc sombre et rude stigmatisé par ses détracteurs qui ne s'attachaient qu'à la résille de béton enserrant les quatre étages et les 3 000 m2 du bâtiment.

Ainsi, c'est la construction du Français Rudy Ricciotti, l'un des virtuoses de l'architecture d'aujourd'hui, qui justifie le mieux le pari que constitue ce Pavillon Noir. Pendant l'inauguration, le maire Maryse Joissains-Masini, le président de conseil régional Michel Vauzelle, le président du conseil général Jean-Noël Guerini et le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, défendaient encore un projet de 6,3 millions d'euros à la gestation douloureuse. Annoncé en 2001, il a en effet pris deux ans de retard sur sa date de livraison.

Il faut se promener pour comprendre comment les danseurs vont partager leur travail avec leurs concitoyens. Tout en gardant une distance un peu rugueuse qui ressemble à la personnalité de son directeur, Angelin Preljocaj, la troupe du CCN d'Aix ne sera plus une rumeur enfouie, mais là, visible. Quant aux spectacles, il suffit de descendre dans le bâtiment pour trouver un vrai théâtre intégré, avec un plateau de 17 mètres d'ouverture et une jauge de 378 places. Le ministre a annoncé qu'il souhaite voir se développer d'autres pôles comme celui-ci. C'est placer la barre assez haut.

Philippe Verrièle