Vidéorama: Les plus belles chansons de Georges Moustaki

VIDEOS George Moustaki, grande figure de la chanson française, s'est éteint ce jeudi matin à l’âge de 79 ans...

Annabelle Laurent

— 

Georges Moustaki chante "Le métèque" en 1968. 
Georges Moustaki chante "Le métèque" en 1968.  — JACQUES DEMARTHON / AFP

Né à Alexandrie le 3 mai 1934, Georges Moustaki, de son vrai nom Yussef Mustacchi, arrive à Paris dans les années 1950, à l’âge de 18 ans. C’est à cette époque qu’il va signer certains des plus grands tubes des grands noms de la variété française, avant de se lancer dix ans plus tard comme chanteur-compositeur-interprète. Il connaîtra un succès fracassant avec le «Métèque» en pleine révolte de mai 1968.

>> Notre portrait de Georges Moustaki est à lire par ici
>> Et les réactions des internautes à son décès sont à retrouver par là et continuez à nous envoyer vos messages à reporter-mobile@20minutes.fr 

 

Si la vidéo ne marche pas, cliquez ici

«Milord» pour Edith Piaf
En 1958, Georges Moustaki rencontre Edith Piaf, qui lui demande d’écrire pour elle. Il écrit les paroles de «Milord», un des titres les plus connus de «la môme Piaf». Pendant un an, Moustaki part en tournée avec la chanteuse. Ils vivent une histoire d'amour fougueuse et tumultueuse. 

«Ma liberté» pour Serge Reggiani
Georges Moustaki devient rapidement un compositeur parolier de référence. En 1966, il rencontre l’acteur Serge Reggiani au moment où celui-ci souhaite se lancer dans la chanson. Moustaki lui écrit plusieurs chansons qui connaissent à l’époque un grand succès: «Sarah», «Votre fille a vingt ans» ou la magnifique «Ma liberté».

«La longue dame brune» pour Barbara
Pour Barbara, Moustaki écrit «La longue dame brune», chanson qu’ils interprètent ensemble tout au long de 1968, pendant la tournée de la chanteuse. Un soir, à Mulhouse, Barbara ne peut entrer sur scène, à cause d’un malaise, comme l'indique cette biographie. Moustaki la remplace. Ce sont, malgré lui, ses premiers pas sur scène.

«Le métèque»
Hymne à la liberté, la magnifique ballade du «Métèque» est le titre le plus emblématique de Georges Moustaki. En 1966, le chanteur en avait proposé la maquette à sa maison de disques qui n'avait pas été convaincue. A sa sortie en 1968, le titre, qu’il a écrit, s’inspirant de sa propre vie, composé, et qu’il interprète, connaît un immense succès, et le révèle au grand public.


«Ma solitude»
Dans la foulée de ce succès, Moustaki, qui prend le pli du métier de chanteur, chante «Ma solitude».

«Sans la nommer»

Symbole des mouvements d'extrême gauche et anarchistes dans les années 1970, «Sans la nommer» est écrite en 1969, composée et interprétée par Moustaki, la première fois au festival de l'île de Wight. Moustaki rend hommage à la révolution permanente.

«Le facteur» (1969)

«Il est trop tard» 
Dans «Il est trop tard», Moustaki chante, en 1969, les regrets de vieillir et de ne pas avoir pris le temps d’aimer. 

«Les eaux de mars»
«Les eaux de mars», reprise d’ Aguas de março» d'Antonio Carlos Jobim reflète la passion qu’avait Moustaki pour le Brésil, dont il aimait la littérature, celle de Jorge Amado et la bossa nova. Les influences brésiliennes sont très présentes sur son album Déclaration, qui sort en 1973.