«Bharati», le joyau musical indien

©2006 20 minutes

— 

« Comme c'était beau, un véritable feu d'artifice ! » Le week-end dernier à Nice, le public a unanimement salué la comédie bollywoodienne Bharati, il était une fois l'Inde. Et pour cause : le spectacle rompt merveilleusement avec les comédies musicales occidentales. Ici, l'essentiel ne réside pas dans l'intrigue, assez banale au demeurant. Une sorte de Roméo et Juliette oriental qui se perd un peu au milieu des couleurs chatoyantes de 700 costumes, de danses envoûtantes et des chants dont les mélodies ont quand même été adaptées à la culture occidentale. Le parti pris de cette comédie musicale, créée en 2005 par le producteur Gadash Desh et dont l'investissement initial est de plus de 3 millions d'euros, est de faire connaître la culture indienne, célébrée ici par plus de cent artistes dans un décor de rêve. Toutes les castes indiennes sont représentées parmi les acrobates, danseurs, chanteurs et musiciens qui participent à l'alchimie finale. Et plusieurs images de Bharat, du nom indien du pays, sont mises en valeur sur un écran géant positionné derrière la scène. Un des interprètes, narrateur de talent, explicite ce conte, alternant entre humour et sagesse indienne. « Très souvent dans l'existence, nous dit-on, on perd quelque chose de très précieux parce qu'on ne réagit pas à temps. » Serait-ce un appel à la préservation de la culture indienne ? Peut-être... Pour autant, l'autodérision ne fait pas défaut. La séquence d'un tournage de film bollywoodien amuse tant par le kitsch du spectacle que par les clichés qu'il soulève. La communion entre la scène et la salle atteint son paroxysme lorsque l'on propose aux spectateurs de tester leur sens du rythme. A travers une tournée européenne et plus de trente dates en France, Bharati révèle au monde que l'Inde a des atouts de charme.

Caroline Sainsard

Les 21 et 22-10 à Lyon, les 28 et 29 octobre à Toulouse, les 30-10 et 1-11 à Marseille, les 4 et 5-11 à Bordeaux, les 21 et 22-11 à Strasbourg, les 1, 2 et 3-12 à Lille, et du 7 au 24-12 à Paris.