Tout ce que vous ne savez pas sur le compte Twitter de Bernard Pivot

WEB Le journaliste littéraire sort un livre compilant ses tweets. «20 minutes» a analysé son célèbre compte (129 000 abonnés)... et fait quelques découvertes, commentées par l'intéressé.

Anne Kerloc'h

— 

Bernard Pivot, journaliste et critique litteraire francais dans l'émission Semaine critique sur France 2
Bernard Pivot, journaliste et critique litteraire francais dans l'émission Semaine critique sur France 2 — BALTEL/SIPA

Des tweets et des habitudes. Lancé le 15 novembre 2011, le compte du journaliste littéraire et écrivain Bernard Pivot est devenu un des plus chéris et suivis du réseau.  Plus de 129 000 abonnés suivent ses aphorismes et jeux littéraires en 140 signes. Alors qu'une compilation de ses tweets est sorti sous forme d'ouvrage de librairie (Les Tweets sont des chats, Albin Michel) 20 minutes a scruté @BernardPivot1 à l'aide d'outils informatiques... et fait quelques découvertes.

Il twitte à heure fixe

Il est 7 heures, le compte s'éveille. La moitié des messages sont envoyés autour de 7H du matin. Les deux-tiers entre 6H et 9H. Twitter est plus qu'une habitude, une vraie discipline de travail.

Réaction de Bernard Pivot : «C'est une habitude que j'ai prise. J'ai l'esprit plus clair le matin et un peu de temps au calme  ! Je tweete en buvant mon café, c'est très agréable. Je n'ai pas envie d'une communication trop désordonnée, avec des tweets à toute heure»

Il ignore l'iPhone

Ou le Blackberry, l'iPad, le smartphone et la tablette en général. Tous ses tweets sont envoyés d'un ordinateur. Le tweet en poche et en mobilité, très peu pour lui, merci. «Quand je voyage, que je me déplace, j'ai envie de profiter de l'instant, pas de tweeter. Mes yeux et mes oreilles sont occupés à regarder et écouter ce que je découvre. Donc oui, je tweete exclusivement de mon ordinateur»

Il a connu son record de tweet avec...

Un tweet du 28 novembre 2012, retweeté près de 3000 fois (2971 fois très exactement) Le tweet a été également mis en favoris 521 fois

Très appréciée aussi sa définition du verbe «Poutiner» (1343 retweet)

Il n'est pas très hashtag dans l'âme.

A part #FF (les follow friday envoyés traditionnellement le vendredi pour inciter à suivre un compte). Bernard n'aime pas les mots-clés (ou mots dièses, ou hashtags). Son compte compte moins de 0,01% de mots clés.

«Je trouve que ça complique la lecture dans des messages aussi courts, de 140 signes, donc je n'en mets effectivement jamais ou presque. En revanche, j'en ai mis dans mon livre, comme titre de chapitres»

Il a deux tweets-potes préférés

L'écrivain Karine Tuil et le journaliste littéraire de RTL Bernard Lehut sont ceux qu'il cite, retweete et à qui il répond le plus. «Mais je communique surtout beaucoup avec des personnes que je ne connais pas qui me demandent par exemple des précisions sur un point d'orthographe». En revanche, pas question de faire exploser son nombre d'abonnements. Bernard Pivot ne suit que 70 comptes «Je préfère avoir peu de compte et les lire tous, entretenir des relations avec les personnes qui les tiennent, plutôt que d'en suivre des centaines et de ne pas les lire»

Son premier tweet

Il n’est plus en ligne sur son compte, la mémoire de Twitter étant limitée, mais 20 minutes s’en souvient et l’avait alors noté. C’était le 26 décembre 2011 : « je suis triste. Des pulls, des DVD, un pyjama, un étui pour mon Ipod, un parfum, etc., mais pas un seul livre! Quelle injustice! ». Sinon, on peut retrouver ses 637 premiers tweets sur ce tumblr

2 jours plus tard, le 28 décembre 2011 il s’interrogeait

20 minutes a compté : actuellement Bernard Pivot tourne à près de 9 tweets/jour. Une jolie moyenne. A prendre très au sérieux, donc