Le roman «hard-boiled»

— 

Bogart et Bacall dans Le Grand Sommeil, adapté de Raymond Chandler.
Bogart et Bacall dans Le Grand Sommeil, adapté de Raymond Chandler. — INTERFOTO USA/SIPA

Terme culinaire signifiant « dur à cuire », « hard-boiled » est devenu une expression désignant un genre littéraire : le roman noir moderne, tel que créé par Dashiell Hammett et Raymond Chandler et incarné par leur héros respectif, Sam Spade et Philip Marlowe, des détectives évoluant dans un monde où les limites entre bien et mal sont floues. Depuis, « hard-boiled » désigne une tendance du roman noir, où les intrigues reposent sur la violence (physique, morale, politique) et où les auteurs privilégient l'action à la psychologie. Après avoir créé la « Série noire » en 1945, Georges Duhamel définissait cette tendance : « L'immoralité côtoie les beaux sentiments, l'esprit est rarement conformiste et les policiers sont aussi corrompus que les mafieux. Ce qui compte est l'action, la violence, l'angoisse, les états d'âme qui se traduisent par des gestes, la passion sans frein, la haine. Le tout débouchant sur de l'humour et une nuit blanche. » Hubert Artus